Facebook
X

Vous utilisez un navigateur non pris en charge. Veuillez le mettre à niveau afin de pouvoir consulter le site shoppersdrugmart.ca.

Baby blues

Il arrive fréquemment que les nouvelles mamans traversent une période de cafard les premières semaines, voire les premiers mois après l'accouchement. Voici comment déterminer si ces sautes d'humeur sont en fait un symptôme d'une affection grave, la dépression post-partum (DPP), et à quel moment demander de l'aide.

Quelles sont les causes de la DPP?

La dépression pourrait toucher jusqu'à 20 p. 100 des nouvelles mères, une proportion qui la classe parmi les complications les plus fréquentes de la période postnatale. Plusieurs raisons peuvent expliquer l'apparition de la DPP : certaines femmes pourraient avoir des prédispositions génétiques à la dépression, alors que d'autres sont peut-être particulièrement affectées par les changements hormonaux avec lesquels leur organisme doit composer. Les symptômes de la DPP ne sont pas l'apanage des femmes qui viennent d'accoucher; les pères, les parents adoptifs et les partenaires de même sexe peuvent également en souffrir.

Quels en sont les symptômes?

· Irascibilité

· Tristesse, tendance à pleurer

· Irritabilité accrue

· Sentiments de doute, de culpabilité, de détresse, de désespoir ou d'agitation

· Réactions inhabituelles à certaines situations

· Sentiment d'être dépassée par les événements

· Ne pas apprécier son bébé

· Sentiment d'anxiété en présence du bébé

· Penser à faire du mal au bébé

· Épuisement général

· Manque d'intérêt

· Insomnie ou sommeil prolongé, même quand le bébé est réveillé.

N'oubliez pas qu'il est normal d'avoir des sautes d'humeur postnatales. Après tout, vous composez avec d'énormes changements.

Mais si les symptômes persistent deux semaines ou plus, ou si vous connaissez davantage de mauvaises journées que de bonnes, il est temps de demander de l'aide (consultez votre médecin ou votre pharmacien).

Demander de l'aide

La pression envers le fait d'être une superfemme et la stigmatisation de la maladie mentale peut rendre les femmes réticentes à demander de l'aide. « Il est illusoire de croire qu'une personne peut s'occuper d'un bébé alors qu'elle-même ne va pas bien », indique la Dre Shaila Misri, directrice du Reproductive Mental Health Program à l'hôpital St. Paul’s et au BC Women’s Hospital & Health Centre de Vancouver. Plus la DPP est traitée tôt, meilleur est le résultat. Si les symptômes apparaissent durant la grossesse et durent deux semaines ou plus, consultez votre professionnel de la santé. «Si les femmes ne sont pas traitées durant la grossesse, la dépression risque fortement de s'aggraver après l'accouchement, lorsque le manque de sommeil et d'autres facteurs entrent en jeu », explique Lori Ross, chercheuse scientifique au Centre de toxicomanie et de santé mentale à Toronto.

Dépression légère

Si vous êtes aux prises avec une légère dépression, vous avez besoin d'être suivie, toutes les semaines ou aux deux semaines, par un médecin de famille ou un fournisseur de soins de santé. Assurez-vous de prendre soin de vous en dormant quand vous le pouvez, en mangeant sainement et en faisant de l'exercice. Informez-vous sur les groupes de soutien locaux ou en ligne pour demeurer en contact avec d'autres mamans.

Dépression modérée à grave 

Si vous êtes incapable de surmonter la dépression, une psychothérapie, telle qu'une thérapie cognitivo-comportementale, pourrait vous aider. Les médicaments constituent également une option. « Comme tous les antidépresseurs se retrouvent dans le lait maternel, assurez-vous d'opter pour un médicament qui s'y transmet en moins grande quantité », conseille Mme Misri. Si l'exposition de votre enfant aux antidépresseurs vous préoccupe, vous devriez songer à utiliser de la préparation lactée. « Ne tardez pas, poursuit la spécialiste. Les effets d'une DPP non traitée durent plus longtemps que le risque de transmission des médicaments par le lait maternel. » (Consultez votre pharmacien pour discuter du dosage de vos médicaments et de leurs effets sur votre lait maternel si vous allaitez.)

Prendre soin de vous

Bien que chacune de vos pensées soit dirigée vers votre bébé, il est essentiel que vous preniez du temps pour vous afin d'éliminer les symptômes de DPP.

• Asseyez-vous avec votre partenaire pour déterminer qui dans votre réseau de soutien peut vous aider, par exemple en gardant votre bébé quelques heures pour vous permettre de dormir ou en faisant quelques brassées de lavage.

• Dormez autant que vous le pouvez. Limitez les visites à certains moments de la journée et débranchez le téléphone lorsque vous allez au lit.

• Mangez sainement et demeurez hydratée. Acceptez les repas préparés par des amies et des membres de la famille et gardez à portée de main des collations que vous pourrez manger en allaitant votre rejeton.

• Faites de l'exercice. Informez-vous à propos des cours de yoga ou de conditionnement physique destinés aux nouvelles mamans – vous pouvez y amener votre bébé, rencontrer d'autres mamans et également vous assurer que vous vous entraînez à un rythme adéquat.