Facebook
X

Vous utilisez un navigateur non pris en charge. Veuillez le mettre à niveau afin de pouvoir consulter le site shoppersdrugmart.ca.

La question de l'œstrogène

© 1996-2014 MediResource Inc.

La prise d'œstrogène vous convient-elle ? Le traitement est-il sans danger ? Beaucoup d'informations circulent au sujet de l'hormonothérapie substitutive (HS), que vous avez probablement entendues. Ce traitement peut s'utiliser pour soulager des symptômes de la ménopause et, dans certains cas, pour protéger contre l'ostéoporose et le cancer colorectal. L'HS est un sujet qui a soulevé bien des controverses, surtout depuis que les résultats de l'étude « Women's Health Initiative » (WHI) sont disponibles. Pour vous donner une idée plus claire de la question, voici des points clés à considérer dans votre prise de décision.

Commencez par consulter votre médecin. Cela vous intéresse peut-être de prendre une hormonothérapie substitutive, mais il est déconseillé chez les femmes ayant déjà certains problèmes de santé, tels que :

  • cancer de l'utérus ou cancer du sein
  • formation de caillots sanguins
  • accident vasculaire cérébral
  • saignement vaginal de cause inconnue
  • maladie du foie

Certaines femmes veulent savoir pourquoi elles devraient prendre des hormones pour une phase tout à fait naturelle de la vie. Après tout, il ne s'agit pas d'une maladie, n'est-ce pas ? En effet, la ménopause est un état normal et, en soi, elle ne pose aucun problème de santé grave. Cependant, la prise d'hormones de remplacement peut s'avérer utile chez certaines femmes à deux égards :

  • le traitement soulage des effets les plus incommodants, y compris des saignements irréguliers, des bouffées de chaleur, des sueurs nocturnes, des troubles du sommeil, des troubles de l'humeur et de la sécheresse vaginale
  • il assure une protection contre l'ostéoporose et le cancer colorectal

L'HS présente également d'importants inconvénients. Parmi les effets secondaires figurent les suivants :

  • sensibilité des seins
  • nausée
  • ballonnements
  • saignements vaginaux
  • crampes utérines
  • prise de poids
  • maux de tête
  • changements d'humeur
  • irritabilité

La thérapie de remplacement de l'œstrogène peut augmenter le risque de cancer de l'endomètre (paroi de l'utérus) chez les femmes qui n'ont pas subi d'ablation de l'utérus. C'est pourquoi l'on prescrit également à ces dernières un progestatif (tel que l'acétate de médroxyprogestérone) qui les protègent contre le cancer de l'endomètre.

Une étude majeure, réalisée aux États-Unis et intitulée étude « Women's Health Initiative » (WHI), a récemment démontré que le recours à une certaine association œstroprogestative en comprimés (distribués sous la marque PremplusMD, combinaison de 0,625 mg de PremarinMD et de 2,5 mg de ProveraMD) augmente considérablement les risques de cancer du sein, maladies cardiaques et attaque. Il importe de noter que toutes les formes d'HS n'ont pas été associées à l'augmentation de ces risques et que ces derniers sont survenus lors de traitements de long terme, par opposition aux traitements de court terme.

De façon précise, les hormones ont accru, chez les femmes en bonne santé, les risques de :

  • Maladies cardiaques de 29 %
  • Attaque de 41 %
  • Cancer du sein de 26 %

Bien que ces pourcentages d'augmentation des risques paraissent élevés, le nombre effectif de cas de cancers, maladies cardiaques, crises cardiaques et caillots de sang apparus chez les femmes dans le cadre de l'étude était faible. Les auteurs de cette étude soutiennent qu'étant donné les risques accrus qu'ils ont mis en évidence, un groupe de 10 000 femmes ayant pris l'association hormonale pendant un an serait l'objet de :

  • Sept maladies cardiaques supplémentaires
  • Huit cancers du sein en plus
  • Huit crises cardiaques supplémentaires
  • Huit caillots sanguins dans les poumons en plus

Suite à cette étude, la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada (SOGC) déconseille de commencer ou de poursuivre une hormonothérapie substitutive dans le seul but de prévenir les maladies cardiaques, étant donné que cette thérapie peut en fait en augmenter les risques. On peut l'utiliser pour soulager des symptômes de la ménopause (tels que les bouffées de chaleur) ou pour protéger contre l'ostéoporose ou le cancer colorectal. Cependant, la thérapie est déconseillée aux femmes qui n'ont pas de symptômes de la ménopause. À l'heure actuelle, on pense que le risque de développer un cancer du sein augmente après cinq années de recours à l'HS. Du fait que certains symptômes de la ménopause s'apaisent après deux ou trois ans, on conseille aux femmes de réévaluer leur besoin en HS chaque année. La SOGC recommande l'emploi d'une dose minimale efficace d'HS pour une durée aussi courte que possible.

Comme chaque femme a des antécédents de santé différents, il est important de discuter ouvertement de vos besoins et de vos préoccupations avec votre médecin. Ensemble, vous pourrez déterminer les « pour » et les « contre » de l'hormonothérapie substitutive. Si vous choisissez de ne pas avoir recours à l'hormonothérapie substitutive, il existe d'autres options de traitement pour les symptômes de la ménopause et l'ostéoporose. Si vous décidez de suivre ce traitement de remplacement hormonal, le médecin vous prescrira un plan de traitement adapté à vos besoins. Les hormones utilisées dans ce traitement sont présentées à différentes concentrations et se prennent sous différentes formes : comprimés, timbres, gels, anneau et crèmes vaginales et injections.

Il se peut qu'on vous suggère de commencer un traitement hormonal durant votre périménopause. Certains médecins recommandent à leurs patientes des contraceptifs oraux à faible dose pour régulariser le cycle menstruel qui devient irrégulier pendant cette période. C'est une solution pratique, mais qui n'est pas sans inconvénient : vous ne saurez pas si vos règles ont cessé complètement ou non.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/La-menopause