Facebook
X

Vous utilisez un navigateur non pris en charge. Veuillez le mettre à niveau afin de pouvoir consulter le site shoppersdrugmart.ca.

Sur quoi porte la controverse au sujet des cellules souches?

© 1996-2014 MediResource Inc.

Les trois sources de cellules souches 
La controverse entourant la recherche sur les cellules souches porte davantage sur la provenance de ces dernières plutôt que sur leur utilisation. Si on classe les cellules souches en fonction de leur provenance, on en retrouve 3 types : adultes, fœtales ou embryonnaires.

On retrouve les cellules souches adultes dans l'organisme des adultes, souvent dans le sang et la moelle osseuse. Ce sont les types de cellules utilisées dans les greffes de cellules souches chez les personnes souffrant de SP. On peut prélever les cellules souches adultes par des prises de sang ou en utilisant une aiguille pour recueillir de la moelle osseuse, généralement dans l'os de la hanche.

On retrouve les cellules souches fœtales dans le fœtus, c'est-à-dire un bébé en cours de formation, âgé de 8 semaines ou plus. On peut les recueillir à partir du placenta ou du sang du cordon ombilical après la naissance. On peut également les prélever dans un fœtus avorté.

Les cellules souches embryonnaires proviennent d'un œuf récemment fertilisé, âgé de six à huit jours. Ces cellules souches sont particulières, dans la mesure où elles peuvent se transformer en n'importe quelle sorte de cellule de l'organisme. Les cellules souches adultes et fœtales sont plus spécialisées : elles ne peuvent se diviser qu'en un certain type de cellules. Par exemple, les cellules souches hématopoïétiques se transforment en cellules sanguines. Les cellules souches embryonnaires peuvent être récoltées à partir des restes d'œufs fécondés résultant d'une fertilisation clinique in vitro.

Controversé ou non? 
L'utilisation de cellules souches fœtales et embryonnaires à des fins de recherche et de traitement est la principale source de controverse et d'émotions. La récolte de cellules souches adultes comporte un risque relativement faible pour le donneur et n'exige pas la destruction d'un embryon ou d'un fœtus : il s'agit tout simplement de prélever certaines cellules d'un adulte qui seront vite remplacées par son organisme. En revanche, l'utilisation de cellules souches embryonnaires implique la destruction de l'embryon. Certaines personnes s'opposent à la création d'embryons supplémentaires dans la perspective où certains des embryons seront jetés ou utilisés pour la recherche plutôt qu'implantés dans l'utérus d'une femme; les mêmes gens sont peut-être également préoccupées par la recherche sur les cellules souches embryonnaires. L'utilisation de cellules souches fœtales résultant d'un arrêt de grossesse soulève également un certain nombre de questions éthiques. Les personnes opposées à l'avortement s'inquiètent que la découverte d'une utilisation des fœtus avortés puisse encourager l'avortement. À l'opposé, les gens qui ne sont pas opposés à l'avortement croient peut-être que le fœtus avorté devrait être utilisé pour la recherche médicale ou un traitement.

Étant donné que la greffe de cellules souches pour la SP fait appel aux cellules souches adultes, la controverse entourant ce sujet est moins problématique dans le cas du traitement pour la SP.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/SP-et-la-greffe-de-cellules-souches