Facebook
X

Vous utilisez un navigateur non pris en charge. Veuillez le mettre à niveau afin de pouvoir consulter le site shoppersdrugmart.ca.

Décoder les sanglots de bébé

Cinq choses à ne pas oublier lorsque votre bébé pleure

Un bébé inconsolable est probablement le plus grand test de confiance en soi d’une maman. Voici cinq choses à ne pas oublier lorsque votre bébé pleure.

1. Un sanglot n’est bien souvent qu’un sanglot.Les pleurs inexpliqués font partie du fonctionnement biologique de votre enfant, de sa façon d’être et il ne peut tout simplement pas s’en empêcher. Pendant les premiers mois, il n’y a bien souvent aucune raison particulière pouvant expliquer pourquoi un bébé commence à pleurer et pourquoi il arrête. Les pleurs d’un nouveau-né ne portent en général aucun message caché. N’essayez pas de les analyser et d’en trouver la cause à cet âge.

2. Les pleurs vont atteindre un sommet, puis décroître. Les parents doivent connaître le modèle universel des crises de larmes : tous les bébés pleurent dans une certaine mesure et la fréquence de ces pleurs a bien des chances d’augmenter au fil des premières semaines, pour atteindre un sommet vers l’âge de deux mois. À ce stade, les pleurs commenceront à diminuer. Ce modèle est typique des trois à cinq premiers mois de la vie du bébé. Pour bien des nourrissons, ces périodes prennent la forme de crises de larmes inattendues et impossibles à soulager, qui durent en moyenne 35 minutes, mais peuvent aussi se prolonger jusqu’à deux heures. La bonne nouvelle? Ces crises finiront par passer.

3. Les pleurs comme mode de communication. Lorsque votre bébé atteint l’âge de cinq mois, ses pleurs deviennent plus faciles à décoder. À cet âge, les bébés commencent à avoir recours aux pleurs afin de communiquer. Les signaux les plus évidents qui peuvent alors vous aider à interpréter les pleurs de bébé sont les mouvements qu’il fait avec ses bras et ses jambes, dont il a désormais un meilleur contrôle, et la direction dans laquelle il regarde.

4. Les maux de ventre sont la raison la plus fréquente. Les pleurs de bébé sont bien souvent liés à des malaises digestifs. Les gaz ou la constipation peuvent être à l’origine des sanglots et votre bébé peut être facilement apaisé une fois que vous aurez établi la cause de ses larmes. Certains indices vous diront que les gaz ou les malaises digestifs sont en cause : c’est le cas du moment où bébé commence à pleurer. S’il pleure pendant que vous le nourrissez, au milieu de son biberon ou de la séance d’allaitement ou immédiatement après, s’il régurgite beaucoup, s’il semble souffrir de ballonnements, s’il a des gaz, si son visage devient rouge lorsqu’il passe des selles en forme de petites boules, ou s’il replie les jambes en pleurant (ce qui peut vouloir dire qu’il tente d’expulser des gaz ou des selles), ces indices ne trompent pas.

Vous pouvez l’aider en réduisant son inconfort. Le lait maternel est toujours plus facile à digérer. Si vous utilisez une préparation lactée, choisissez une marque entièrement composée de protéines de lactosérum partiellement hydrolysées (c’est-à-dire pulvérisées), donc plus faciles à digérer. Il est également important d’aider bébé à faire son rot à mi-chemin durant son repas, puis à la toute fin. L’asseoir ou le garder à la verticale de 10 à 15 minutes après l’avoir nourri peut aussi l’aider à digérer. S’il continue d’avoir des gaz, massez-le doucement en jouant avec ses jambes, comme pour lui faire faire de la bicyclette. Vous l’aiderez ainsi à expulser les gaz de son ventre.

5. Les pleurs liés aux coliques sont différents. Les coliques constituent un problème normal, mais temporaire, qui fait en sorte qu’un bébé en bonne santé le reste du temps peut se mettre à pleurer plus de trois heures par jour. Ce n’est pas tant la cause de ces pleurs qui les distingue que le moment où ils surviennent. Ils sont prévisibles parce qu’ils surviennent toujours quelques semaines après la naissance, connaissent une période de pointe à six ou sept semaines et s’estompent à trois ou quatre mois. Les pleurs liés aux coliques tendent à survenir à un moment précis de la journée, principalement le soir. Les bébés qui ont tendance à souffrir de coliques pleurent sans relâche et sont souvent inconsolables. Ils finissent toutefois par en guérir.

Ayez recours aux conseils de la Société canadienne de pédiatrie ci-dessous pour apaiser les pleurs de votre bébé.

  • Prenez-le. Cependant, n’oubliez pas que certains bébés n’aiment pas passer de bras en bras, en particulier lorsqu’ils souffrent d’inconfort. 
  • Enveloppez ou enroulez votre enfant dans une couverture très douce. 
  • Fermez ou baissez l’éclairage et gardez les lieux calmes. 
  • De la musique douce, un doux bruit ou des « chh... » que vous ferez délicatement peuvent apaiser certains bébés. 
  • Le mouvement peut apaiser de nombreux bébés. Essayez de promener votre enfant dans un porte-bébé ou une poussette. Balancez-vous avec votre bébé en effectuant des mouvements lents et rythmiques. Essayez une promenade en auto. 
  • Le fait de sucer quelque chose peut parfois aider les bébés à se calmer et à se détendre. Vous pouvez offrir le sein à l’enfant ou lui proposer une suce. 
  • Donnez-lui un bon bain chaud.

Nouvelle source sur les coliques :http://www.aboutkidshealth.ca/En/ResourceCentres/PregnancyBabies/Babies/Colic/Pages/default.aspx