Facebook
X

Vous utilisez un navigateur non pris en charge. Veuillez le mettre à niveau afin de pouvoir consulter le site shoppersdrugmart.ca.

L'ABC du syndrome prémenstruel

© 1996-2014 MediResource Inc.

Pour certaines femmes, le syndrome prémenstruel, ou SPM, est synonyme de « souffrances prémenstruelles », mais la plupart pourraient les traiter de « symptômes plutôt mineurs ».

Si presque toutes les femmes ressentent au moins quelques symptômes prémenstruels d'un cycle à l'autre, seuls 3 à 8 % doit composer avec des symptômes vraiment intenses et parfois débilitants dans les jours précédant leur menstruation.

Parmi les symptômes les plus fréquents du SPM, notons l'acné, le gonflement, la sensibilité des seins, les crampes, les fringales et les sautes d'humeur. Les autres effets secondaires des fluctuations hormonales mensuelles comprennent les maux de tête, les douleurs dans les muscles et les articulations, la constipation, la nausée et les changements dans les habitudes de sommeil. Les symptômes du SPM diffèrent d'une femme à l'autre, et même d'un cycle à l'autre pour la même personne. À l’approche de la ménopause, certaines femmes peuvent constater que leurs symptômes s’aggravent.

Par ailleurs, on observe aussi un trouble dysphorique prémenstruel (TDPM), considéré comme une forme plus grave du syndrome prémenstruel. Le terme « dysphorique » désigne un sentiment d'anxiété, de colère, de faible estime de soi ou de malaise. Les symptômes du TDPM sont les mêmes que ceux du SPM, mais d'une plus grande intensité; leur manifestation est amplifiée par des sentiments d'agitation et de dépression. Le TDPM est suffisamment sévère pour interférer avec le travail, les relations et la vie sociale des femmes qui en souffrent.

Alors que les différents symptômes du SPM et du TDPM sont bien connus, leurs causes le sont moins. Certains chercheurs proposent que les femmes souffrant de TDPM puissent avoir un seuil de douleur plus bas ou un plus faible taux d'hormones antidouleur appelées bêta-endorphines. Tout comme les femmes souffrant de TDPM seraient plus sensibles à la douleur, celles qui ont un SPM seraient excessivement sensibles aux fluctuations hormonales.

Au cours du cycle menstruel, l'ovulation est suivie des fluctuations de deux hormones : l'œstrogène et la progestérone. Celles-ci pourraient contribuer aux manifestations du SPM. Selon une théorie, la baisse de l'œstrogène déclencherait les troubles prémenstruels, car elle agit sur les endorphines et la sérotonine (substances sécrétées par le cerveau et qui sont associées à une sensation de bien-être). Une chute des endorphines et de la sérotonine peut conduire à une dépression et à l'irritabilité – tout en déclenchant des fringales de sucres si souvent associées à la période prémenstruelle.

GABA, un autre composé chimique présent dans le cerveau pourrait aussi jouer un rôle qui reste mal connu à ce jour.

Il se peut aussi que le SPM soit un fardeau d'origine génétique. Si ce facteur de risque ne peut être modifié, les femmes peuvent cependant soulager les symptômes du SPM à l'aide de médicaments, de remèdes naturels ou de changements dans leur alimentation et leurs habitudes de vie – ces changements pourraient faire toute la différence.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Le-syndrome-premenstruel-etes-vous-prete