Facebook
X

Vous utilisez un navigateur non pris en charge. Veuillez le mettre à niveau afin de pouvoir consulter le site shoppersdrugmart.ca.

Le credo du passager en forme

© 1996-2014 MediResource Inc.

Buvez sec. L'air qui circule dans la cabine d'un avion est parfois très sec, et vous devriez vous en inquiéter pour deux raisons. Premièrement parce que l'air dessèche la peau. Il est possible que des règles de sécurité à bord des avions vous interdisent de transporter les lotions qui protégeraient votre peau en vol, mais vous pourriez quand même appliquer un hydratant avant de monter à bord. Vous aurez peut-être la possibilité d'apporter une solution saline que vous pourriez vaporiser dans vos narines en cas d'irritation nasale. Et deuxièmement, l'air sec déshydrate. Buvez beaucoup de liquide tout au long du vol, de préférence de l'eau ou des jus de fruits à faible teneur en sucre plutôt que de la caféine et de l'alcool aux effets déshydratants.

Tablez avec réserve sur le chariot de service. Vous ne pouvez pas compter sur une collation dans de nombreux avions de nos jours, et encore moins sur un repas santé. La faim peut survenir à tout moment, alors munissez-vous de collations saines. Amassez dans un petit sac des gâteries faciles à manger comme des noix, du maïs éclaté nature, des graines de citrouille ou des fruits secs. Lorsque – ou si – le lourd chariot se fraye finalement un chemin le long de l'allée centrale, faites des choix sains en matière de collations et de boissons. Les arachides sont préférables à la plupart des « mélanges » à grignoter qui sont généralement copieusement enrobés de sodium.

Osez bouger dans la cabine. Des courbatures, des douleurs et des crampes sont susceptibles de survenir si vous restez confiné en position assise pendant trop longtemps. Une immobilité prolongée peut entraîner une thrombose veineuse profonde ou TVP, c'est-à-dire la formation d'un caillot de sang dans une veine plus grosse ou plus profonde située habituellement dans une jambe. Ce risque est toutefois plutôt mince, à moins que vous ne possédiez un facteur de risque vous prédisposant à une TVP (comme des antécédents de TVP ou une grossesse). Avant de faire un voyage en avion, songez à consulter votre médecin pour savoir si vous présentez des facteurs de risque de TVP. Durant le vol, profitez de toutes les occasions pour vous lever, vous étirer et marcher un peu le long de l'allée. Des étirements tout simples, pratiqués dans votre siège d'avion s'avéreront également utiles. Évitez de vous croiser les jambes : selon la tradition populaire, le croisement de jambes très convenable couperait la circulation du sang. Et mettez des chaussures confortables, car l'altitude pourrait faire gonfler vos pieds.

Perdez la tête. Le mal des transports provient de mécanismes qui se mettent en œuvre dans votre tête après avoir reçu un message sensoriel conflictuel – vos yeux ne peuvent pas voir l'avion bouger, mais votre oreille interne et vos muscles sentent ses mouvements. Pour pallier la gêne et les étourdissements du mal des transports, gardez les yeux clos ou asseyez-vous dans un siège en bordure d'allée et situé dans la section au-dessus des ailes de l'avion. Vous pourriez avoir recours à des médicaments en vente libre pour enrayer la survenue des symptômes initiaux. Une autre manifestation du mal des transports qui « monte» à la tête est la sensation d'avoir les oreilles bouchées ou qui éclatent. Elle est causée par le changement de pression provoqué par l'ascension et la descente de l'avion. Vous vous procurerez du soulagement, en mâchant de la gomme ou en suçant un bonbon, vous pouvez même bâiller ou avaler votre salive.

Comptez les moutons. Vous pourriez trouver difficile de faire un petit somme en plein vol, même quand vous inclinez votre siège au maximum pour mieux vous détendre. Si vous donnez la priorité au sommeil, et que la compagnie aérienne que vous avez choisie offre en option un siège qui se transforme en lit, n'hésitez pas une seconde. Si vous vous retrouvez tassé dans un siège en classe économie, peut-être serez-vous en mesure d'avoir recours à quelques accessoires qui faciliteront l'endormissement? Un masque pour les yeux et des bouchons pour les oreilles vous isoleront de la lumière et du bruit de la cabine. Ou vous pourriez sombrer dans un sommeil paisible après avoir configuré une liste de musique douce au rythme berceur pour votre lecteur MP3. Quelques personnes préfèrent apporter leurs propres oreillers parce qu'ils sont plus confortables et pour éviter une exposition aux germes des utilisateurs précédents. Vous devriez évidemment vous abstenir de déguster des boissons à base de caféine ou d'autres stimulants. Et, si vous envisagez l'emploi de médicaments qui vous aideraient à trouver le sommeil, faites preuve de prudence, et consultez un professionnel de la santé au préalable.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/A-votre-sante-et-bon-voyage