Facebook
X

Vous utilisez un navigateur non pris en charge. Veuillez le mettre à niveau afin de pouvoir consulter le site shoppersdrugmart.ca.

Protection contre les moustiques

Protection contre les moustiques

Les insectes piqueurs comme les tiques et les moustiques peuvent transmettre certaines maladies. Selon la destination, des moustiques peuvent transmettre :

Prévention personnelle

  • Porter des vêtements protecteurs de couleurs claires. Les vêtements de couleur pâle attirent moins les insectes que ceux de couleur foncée.
  • Porter des vêtements à manches longues, des pantalons longs.
  • Appliquer un insectifuge contenant du diéthyltoluamide (DEET) ou de l’icaridine. Lors de l’achat d’un insectifuge, vérifier la quantité de DEET ou d’icaridine qu’il contient. La protection offerte par un produit contenant de l’icaridine 20 % serait équivalente à un produit contenant du DEET de 28 à 30 %.
  • Les insectifuges topiques qui contiennent du p-menthane-3,8-diol (une substance chimique provenant de l’eucalyptus à odeur de citronnelle) et qui sont homologués au Canada devraient être considérés comme une deuxième option.
  • Suivre les indications du fabricant
  • Appliquer l’insectifuge en petite quantité uniquement sur les parties du corps exposées.
  • On peut acheter des vêtements imprégnés d’insecticide.
  • Vaporiser les vêtements, les chapeaux avec de l’insectifuge (DEET) s’ils sont faits de fibres naturelles comme le coton. Le DEET peut abîmer certaines fibres synthétiques.
  • Privilégier les insectifuges en crème, gel ou liquide.
  • Si on utilise un vaporisateur, s’assurer de le faire dans un endroit bien aéré.
  • Ne pas vaporiser un insectifuge sur le visage.
  • Se laver les mains après l’application pour éviter un contact avec les yeux ou la bouche.
  • Ne pas appliquer d’insectifuge sur les mains d’un enfant.
  • Laver la peau qui a été en contact avec l’insectifuge avec de l’eau et du savon dès qu’on n’a plus à être protégé.
  • Si on utilise de la crème solaire, appliquer d’abord l’écran solaire puis, attendre 20 minutes avant d’appliquer l’insectifuge.
  • Selon la destination, prendre les médicaments ou vaccins préventifs comme prescrits.

Prévention du lieu d’hébergement

  • Empêcher les moustiques de pénétrer dans les lieux où l’on habite.
  • Dormir idéalement dans des endroits climatisés. Si le lieu d’hébergement n’est pas climatisé, il faut dormir dans des endroits équipés de châssis-moustiquaire.
  • Acheter une moustiquaire avant le départ au besoin. Certaines sont imprégnées de perméthrine.
  • Vérifier que la moustiquaire n’est pas trouée.
  • Rentrer la moustiquaire sous le matelas en s’assurant qu’elle ne touche personne.
  • Acheter des moustiquaires et des vêtements imprégnés d’insecticide (perméthrine).

Voici d’autres mesures qui, selon Santé Canada, ne sont pas efficaces et non recommandées :

  • Dispositifs électroniques (à ultrasons);
  • Bracelets, colliers et bandes aux chevilles imprégnés d’insectifuge;
  • Dispositifs d’électrocution (« bug zappers »);
  • Pièges qui attirent les moustiques par l’odeur;
  • Vitamine B1 administrée par voie orale;
  • Hydratants pour la peau qui ne renferment pas un principe actif à action insectifuge approuvée.

*IMPORTANT*
Même si vous prenez des antipaludéens (médicaments contre la malaria), les mesures de protection personnelle sont essentielles.

Aucun médicament n'est efficace à


Source : Agence de la Santé publique du Canada (phac-aspc.gc.ca)
Source : oms.org
Source : CDC
Sources : Société canadienne de pédiatrie
Source : Guide d’intervention santé-voyage
Source : Gouvernement du Canada : voyage.gc.ca
Dernière modification :20 novembre 2016

Au retour

Si vous avez pris des antipaludéens, il faut continuer à les prendre comme prescrits. Certains types d’antipaludéens doivent être pris pendant plusieurs jours ou plusieurs semaines après le retour.

Vous devez consulter un médecin si :

  • Il y a présence de symptômes qui ressemblent à une grippe (fièvre, maux tête, douleurs musculaires, etc.) jusqu’à trois mois suivant le retour.
  • Il y a eu traitement ou hospitalisation à l’étranger pour un problème de santé quel qu’il soit.
  • Pendant le voyage, il y a eu un diagnostic de paludisme ou quelqu’un a suspecté un paludisme

*UNE FIÈVRE QUI SE DÉCLARE CHEZ UN VOYAGEUR DANS LES 3 MOIS QUI SUIVENT SON RETOUR D’UNE RÉGION AVEC MALARIA EST CONSIDÉRÉE COMME UNE URGENCE MÉDICALE


Les renseignements fournis sont à des fins informatives personnelles seulement et ne visent pas à remplacer l’avis, le diagnostic, ni le traitement d’un médecin. Veuillez consulter un professionnel de la santé pour obtenir des renseignements particuliers concernant votre santé personnelle.