Comment les troubles de la fonction cognitive peuvent-ils m'affecter au travail?

Les troubles cognitifs comme des pertes de mémoire, une difficulté à se concentrer ou à prendre des décisions et un traitement plus lent de l'information, peuvent rendre votre travail plus difficile. Les troubles cognitifs et la fatigue sont les deux raisons principales pour lesquelles les personnes atteintes de SP démissionnent.

L'impact des troubles cognitifs au travail dépend de la nature des troubles et de leur degré de gravité. Consultez votre médecin si vous pensez souffrir de troubles cognitifs. Votre médecin peut déterminer de façon précise les problèmes cognitifs dont vous souffrez pour que vous puissiez développer un programme de gestion en association avec les professionnels de la santé qui s'occupent de vous. Les stratégies compensatoires comme l'utilisation d'agendas, de semainiers, d'alarmes et de notes de rappel sont souvent suffisantes pour vous permettre de continuer vos activités habituelles. Dans d'autres cas, il peut être nécessaire de demander à votre employeur de prendre des mesures d'adaptation spécifiques du milieu de travail.

Les mesures d'adaptation du milieu de travail correspondent à des changements modérés du cadre de travail et des responsabilités d'un employé, effectués par l'employeur, pour permettre à l'employé de continuer à travailler malgré la maladie ou l'invalidité. Un employeur doit fournir ces mesures d'adaptation, tant qu'elles n'entraînent pas de « préjudice injustifié » pour l'employeur (mesuré par le coût financier et les questions de santé et de sécurité), ou qu'elles n'interfèrent pas avec une « exigence professionnelle établie de bonne foi » (une pratique ou une règle justifiée car elle se base sur des compétences ou des aptitudes qui sont nécessaires au travail). Parmi les mesures d'adaptation qui peuvent aider à gérer les troubles cognitifs, on trouve :

  • un déménagement vers un bureau privé pour réduire le bruit et les distractions;
  • l'utilisation de cloisons de séparation ou d'écouteurs antibruit;
  • l'utilisation d'aides à l'organisation comme des semainiers et des ANP (assistants numériques personnels);
  • le fait de fournir des instructions écrites;
  • la permission d'effectuer des arrêts repos réguliers;
  • le fait d'offrir des horaires de travail flexibles; de fournir plus de structure;
  • une diminution du stress associé au travail.

Le fait de demander des mesures d'adaptation du milieu de travail implique d'indiquer à votre employeur que vous êtes atteints de SP. C'est à vous de décider si vous voulez en parler ou non et si oui, à quel moment en parler. Vous n'avez aucune obligation légale d'indiquer à votre employeur que vous êtes atteint de SP, sauf si vous avez besoin de mesures d'adaptation du milieu de travail ou de jours de congé du fait de votre état médical. Avant de mentionner votre maladie à votre employeur, obtenez les conseils d'un professionnel, demandez à votre famille et à vos amis de vous soutenir moralement et familiarisez-vous avec les règles et les régulations qui vous concernent, notamment votre régime d'assurance-maladie.

Si vous décider de parler de votre maladie, préparez ce que vous allez dire et la manière dont vous allez le dire. Lors de la conversation avec votre employeur, décrivez de manière spécifique les effets de la SP sur votre capacité à effectuer votre travail (la Société canadienne de la SP met à la disposition des employeurs un livret intitulé « Sclérose en plaques et travail - Guide à l'intention des employeurs »), expliquez que les symptômes peuvent fluctuer avec le temps et suggérez des mesures d'adaptation du cadre de travail qui vont vous permettre de continuer à travailler (consultez un ergothérapeute ou la Société de la SP pour obtenir des suggestions).

Votre employeur ne peut pas vous licencier pour la simple raison que vous êtes atteint de SP. Un licenciement ne peut se justifier que si vous êtes incapable de travailler, même après la mise en place de mesures d'adaptation. Même dans ce cas, votre employeur doit mettre par écrit les problèmes spécifiques et doit d'abord en discuter avec vous. Vous avez le droit de répondre par écrit à ces inquiétudes, en indiquant si vous êtes d'accord ou non, et de contester le licenciement si vous pensez êtes congédié à tort. Demandez des conseils juridiques si vous voulez contester le licenciement. Les mêmes conseils s'appliquent si vous pensez à démissionner car on vous a refusé des mesures d'adaptation du milieu de travail.

Si vous avez décidé d'arrêter complètement de travailler, un certain nombre d'options de soutien financier sont à votre disposition. Il est possible que votre employeur offre la protection d'un régime d'assurance-maladie et des prestations d'invalidité. Si vous possédez un régime privé d'assurance-maladie et d'invalidité, cela peut également vous aider. Si aucune de ces situations ne s'applique à vous, vous pourriez trouver de l'aide auprès du Régime de pensions du Canada, du gouvernement provincial et de l'assurance-emploi (AE). Certains régimes nécessitent la preuve que votre maladie vous empêche de travailler et nombre d'entre eux demandent également à ce que vous ayez travaillé ou contribué au régime pendant une certaine période bien précise. Votre médecin, la branche locale de la Société de la SP ou des associations de services peuvent vous aider à trouver des sources de soutien financier dans votre région.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2021. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/SP-et-fonction-cognitive