Comprendre les avortements spontanés

Une grossesse dure environ 40 semaines pour la plupart des femmes. Un avortement spontané se produit lorsqu'il y a perte de grossesse avant la 20e semaine de la grossesse. On estime que les avortements spontanés se produisent dans environ 15 à 25 % des grossesses.

Le risque d'avortement spontané est plus élevé au cours des 13 premières semaines de grossesse. Certaines femmes subissent un avortement spontané avant même de savoir qu'elles sont enceintes. Le risque d'avortement spontané est plus élevé pour les femmes qui sont âgées de plus de 35 ans et pour les femmes qui en ont déjà subi un.

La plupart du temps, la cause de l'avortement spontané est inconnue. Bien que plusieurs femmes se sentent possiblement coupables d'avoir fait quelque chose susceptible d'avoir provoqué la fausse couche, la plupart des pertes de grossesses n'auraient pas pu être prévenues. Un avortement spontané se produit habituellement lorsqu'il existe un problème empêchant le bébé de se développer de façon appropriée.

Parmi les causes possibles des avortements spontanés, on retrouve :

  • des problèmes chromosomiques (matériel génétique),
  • des problèmes d'implantation de l'œuf fécondé dans l'utérus,
  • des problèmes hormonaux,
  • des infections,
  • des lésions au fœtus,
  • des anomalies des spermatozoïdes ou des ovules,
  • des problèmes physiques des organes reproducteurs de la femme (par ex. anomalie du col de l'utérus, du placenta ou de l'utérus) – ces problèmes ne sont habituellement pas découverts à moins qu'un avortement spontané se produise.

Malgré certaines fausses conceptions communes, il n'a pas été démontré que l'exercice, les relations sexuelles, le travail et la nature des moyens de contraception qui ont été utilisés auparavant provoquent des avortements spontanés.

Le symptôme le plus commun d'un avortement spontané est la présence de saignements. On appelle la présence de saignements au début de la grossesse une menace d'avortement spontané. La plupart des femmes qui subissent une menace d'avortement spontané au cours des quelques premiers mois de la grossesse accouchent de bébés en santé, mais certaines d'entre elles subiront un avortement spontané. Parmi les autres symptômes de l'avortement spontané, on retrouve les douleurs lombaires, les douleurs abdominales basses ou le passage par le vagin de matières qui ressemblent à des caillots.

Si vous avez des pertes sanguines pendant que vous êtes enceinte, votre médecin et vous-même devrez suivre vos symptômes pendant quelques jours. Il se peut que votre médecin prescrive certains tests comme des tests sanguins (pour mesurer l'hormone de grossesse, la gonadotrophine chorionique humaine (hCG) ou une échographie (pour visualiser le développement du bébé). Le diagnostic d'avortement spontané est basé sur vos symptômes et sur ces tests.

Si vous avez du saignotement ou des saignements importants ou persistants accompagnés de douleur ou de crampes, beaucoup de pertes vaginales liquides sans douleur ni saignement ou si vous pensez avoir perdu du tissu fœtal, vous devez immédiatement obtenir de l'aide médicale.

La perte d'une grossesse peut avoir un énorme impact sur les relations interpersonnelles d'un couple. Lisez les sections « Vivre avec la perte » et « Aller de l'avant après un avortement spontané » de cet article pour en apprendre plus sur les sentiments de perte et de deuil auxquels doivent faire face les couples après avoir subi un avortement spontané.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2021. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Comment-faire-face-a-un-avortement-spontane