Les dernières nouvelles sur les facteurs de risque associés à la SP

La découverte et l'appréhension des causes de la SP (sclérose en plaques) et des facteurs de risque qui y sont associés sont des sujets brûlants dans la recherche axée sur la SP. De récentes études ont mis au jour de nouvelles informations sur les facteurs de risque associés à la SP, notamment :

l'hypothèse virale en ressort renforcée. Des spécialistes de la recherche en Italie et au Royaume-Uni ont récemment trouvé des traces du virus Epstein-Barr (VEB), le virus qui cause la mononucléose, dans les zones endommagées du cerveau de personnes atteintes de SP. Le virus se trouvait dans des cellules du système immunitaire qui s'étaient acheminées jusqu'au cerveau. Cette découverte ne prouve pas que le VEB cause la SP, mais elle appuie l'hypothèse qu'il pourrait y avoir un lien entre le virus et l'affection. Des études antérieures ont suggéré que le VEB pourrait déclencher la SP, mais aucun argument ne s'étayait sur la présence du virus dans des zones endommagées du cerveau ;

le rôle des gènes. Des collaborateurs du consortium international de chercheurs cliniciens et d'experts en génomique (International Multiple Sclerosis Genetics Consortium) ont trouvé 2 nouvelles variations génétiques liées à la SP. Ces gènes jouent un rôle dans la régulation de la fonction des cellules du système immunitaire qui attaquent le cerveau et la moelle épinière des personnes atteintes de SP. Le même groupe de chercheurs a par ailleurs également identifié un gène susceptible d'avoir un effet protecteur contre la SP. Ce gène aide le système immunitaire à distinguer la différence entre les tissus du corps et les envahisseurs comme les bactéries et les virus. La découverte de gènes liés à la SP pourrait éventuellement mener à de nouvelles façons de dépister, prévenir et soigner la SP ;

une affaire de famille ? Nous savons déjà que la SP n'est pas transmise directement, mais les enfants des personnes atteintes de SP courent un plus grand risque de contracter la SP que la population générale. Des études antérieures ont suggéré qu'un homme risquait deux fois plus qu'une femme de transmettre la SP à ses enfants, mais selon de nouvelles recherches, ces risques sont à peu près comparables ;

écrasez donc votre cigarette ! Au cas où vous auriez besoin d'une raison supplémentaire de cesser de fumer, sachez qu'une nouvelle étude montre les risques accrus de SP imputables à la fumée secondaire. Les risques ont été observés chez les enfants dont les parents fumaient et les risques s'accroissaient proportionnellement à la durée de l'exposition à la fumée secondaire.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2021. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Letat-de-la-recherche-sur-la-SP-en-2007