Les médicaments peuvent-il empêcher les rechutes de SP ?

Vous cherchez un moyen de réduire les rechutes ? En effet, il existe des médicaments qui diminuent la fréquence des rechutes, appelés médicaments modificateurs de maladies. Au Canada, sept médicaments modificateurs sont offerts : Avonex® PS (interféron bêta-1a), Betaseron® (interféron bêta-1b), Copaxone® (acétate de glatiramère), Extavia® (interféron bêta-1b), Gilenya® (fingolimod), Rebif® (interféron bêta-1a), Tecfidera™ (fumarate de diméthyle), et Tysabri® (natalizumab). Les médicaments modificateurs de maladies peuvent réduire les taux de rechute d'un tiers environ.

Par quel mécanisme ces médicaments peuvent-ils réduire le risque des rechutes ? Durant une rechute, les cellules du système immunitaire appelées lymphocytes T pénètrent dans le cerveau et endommagent la gaine de myéline des cellules nerveuses. Les lymphocytes T forment des lésions en produisant des substances chimiques nocives et en stimulant d'autres cellules à attaquer la myéline.

  • Les interférons (l'interféron bêta-1a et l'interféron bêta-1b) bloquent la stimulation et la croissance des lymphocytes T et rendent leur pénétration dans le cerveau plus difficile.
  • La glatiramère travaille, croit-on, en changeant l'activité des lymphocytes T ; il semblerait qu'elle modifie les lymphocytes T pour que ceux-ci diminuent l'inflammation dans le cerveau au lieu de produire des lésions.
  • Par son action, le fingolimod entraîne, croit-on, des modifications du fonctionnement du système immunitaire. Il abaisse le nombre de globules blancs sanguins (appelés lymphocytes) qui, dans la SP, provoquent une inflammation au cerveau et à la moelle épinière et contribuent à la destruction de la myéline. Le fingolimod empêcherait les lymphocytes d'atteindre le cerveau et la moelle épinière.
  • Le natalizumab, pour sa part, prévient la pénétration des cellules du système immunitaire actif dans le cerveau.
  • Il n'est pas clair comment le fumarate de diméthyle agit, mais on croit qu'il bloque les cellules immunitaires et aurait un effet protecteur contre les atteintes du cerveau et de la moelle épinière.

Tous ces médicaments modificateurs de maladies, sauf un, s'administrent par injection. L'injection intra-musculaire d'Avonex® se fait une fois par semaine. L'administration de Betaseron® et Extavia® se fait par injection sous-cutanée tous les deux jours, l'injection sous-cutanée de Copaxone s'effectue quotidiennement alors quecelle de Rebif® se fait trois jours par semaine ; pour Tysabri®, la perfusion intraveineuse (iv ; injection dans une veine) se fait une fois toutes les 4 semaines. Gilenya® est offert en capsule qui se prend par la bouche une fois par jour.

Les effets secondaires les plus communs de ces médicaments sont les suivants :

  • Avonex® PS : symptômes pseudogrippaux, douleurs musculaires, fièvre, frissons et faiblesse ;
  • Betaseron® : symptômes pseudogrippaux, réactions locales au point d'injection (irritation de la peau autour du point d'injection du médicament), changements dans les tissus autour du point d'injection, fièvre, frissons, maux de tête et réactions allergiques;
  • Extavia® : réactions au point d'injection, symptômes pseudogrippaux, éruptions cutanées, et rétention de liquide (enflure) au niveau des jambes ou des chevilles;
  • Gilenya® : symptômes pseudogrippaux, maux de tête, diarrhée, maux de dos, toux, et anomalies des tests de la fonction hépatique;
  • Copaxone® : réactions locales au point d'injection, vasodilatation (élargissement des vaisseaux sanguins), douleurs thoraciques, faiblesse, infections, douleur, nausée, douleurs dans les articulations et anxiété;
  • Pour le Rebif® : symptômes pseudogrippaux, faiblesse, fièvre, frissons, douleurs dans les articulations, douleurs musculaires, maux de tête et réactions locales au point d'injection;
  • Tecfidera™: le rougissement, la diarrhée, la nausée, et la douleur de l'estomac;
  • Tysabri® : étourdissements, fièvre, maux de tête, douleurs articulaires, nausées, vomissements, congestion nasale, maux de gorge, fatigue et infection des voies urinaires.

Consultez votre médecin ou votre pharmacien pour de plus amples renseignements sur ces médicaments et afin de déterminer si l'un d'eux conviendrait à votre situation.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2021. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/La-SP-traitement-des-rechutes