Les pseudorechutes de la sclérose en plaques : phénomène illusoire ?

Vous avez parfois l'impression d'avoir une rechute... mais c'est une illusion! Vous éprouvez plutôt une pseudorechute lorsque des facteurs externes, tels que des températures élevées, le stress ou des infections intensifient les symptômes de la sclérose en plaques de façon temporaire. Les pseudorechutes s'appellent aussi pseudoexacerbations.

Les personnes atteintes de sclérose en plaques prennent souvent une pseudorechute pour une rechute, mais quelques différences importantes distinguent ces deux états. Les pseudorechutes sont causées par des facteurs externes (tels que la température, le stress et la maladie), alors que les rechutes sont causées par la maladie sous-jacente. Lors d'une rechute, il se produit une nouvelle inflammation à l'intérieur du cerveau. Lors d'une pseudorechute, il n'y a pas de nouvelle inflammation. Les pseudorechutes durent pendant 24 heures ou moins, mais les rechutes durent pendant des jours ou des semaines. Les pseudorechutes peuvent se produire fréquemment à des intervalles de temps rapprochés, alors que l'intervalle entre les rechutes compte au moins un mois. Et n'oubliez pas : le fait d'avoir une pseudorechute n'est pas une indication que votre maladie s'aggrave.

Lors d'une poussée des symptômes de la sclérose en plaques, comment pouvez-vous savoir s'il s'agit d'une rechute ou d'une pseudorechute? Il n'y a aucun moyen sûr de savoir, mais vous pouvez essayer de déterminer si vous avez été exposé à une condition quelconque qui aurait pu aggraver vos symptômes, notamment :

  • la chaleur – des bains chauds ou bains tourbillons, ou une journée passée à la plage, par exemple ;
  • une situation stressante – les experts ne sont pas tous d'accord quant aux effets du stress, mais bien des gens atteints de sclérose en plaques sont d'avis que le stress intensifie leurs symptômes;
  • une infection – vous vous sentez probablement malade et vous avez d'autres symptômes comme la nausée, des vomissements, la fièvre ou des frissons.

L'infection des voies urinaires déclenche souvent une pseudorechute. Si vous éprouvez une sensation brûlante en urinant ou un besoin d'uriner de plus en plus pressant ou encore, si vous avez une plus grande fréquence d'urination, il se peut que vous ayez une infection urinaire.

Si vous n'arrivez pas à déterminer la cause des symptômes ou que vos symptômes durent plus de 24 heures, ou encore, si votre état vous inquiète, consultez votre médecin afin de faire évaluer la situation.

Que pouvez-vous faire pour vous protéger contre les pseudorechutes? Étant donné que les pseudorechutes sont le résultat de facteurs externes, tels que la température, l'infection et le stress, vous pouvez empêcher une pseudorechute en vous protégeant contre ces facteurs. La condition de chaque personne atteinte de sclérose en plaques est unique, donc il est important d'identifier vos propres facteurs de déclenchement d'une pseudorechute. Ainsi, vous serez en mesure de les éviter ou, du moins, de minimiser leur effet.

Si vous éprouvez une poussée, essayez d'abord d'éliminer ces facteurs de déclenchement. Si vous vous trouvez à l'extérieur et exposé au soleil, retirez-vous à l'intérieur pour vous rafraîchir. Si vous croyez avoir une infection, consultez votre médecin afin d'obtenir un diagnostic et un traitement. Si votre vie est stressante, essayez de vous séparer de la cause du stress et prenez le temps de vous détendre. Si les symptômes ne disparaissent pas en l'espace de 24 heures ou que votre état vous inquiète, communiquez avec votre médecin.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2021. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/La-SP-traitement-des-rechutes