L'obésité, une véritable épidémie

Les experts nous disent que nous assistons à une épidémie d'obésité mondiale, et, fait plus inquiétant, que les enfants aussi sont à risque. L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) souligne que l'obésité est un problème de santé publique parmi les plus négligés, et qu'elle affecte aussi bien les enfants que les adultes, dans les pays développés comme dans les pays en voie de développement. En 2014, les dossiers de l'OMS révélaient qu'il y avait approximativement plus de 1,9 milliard d'adultes âgés de 18 ans et plus qui étaient en surpoids. Parmi ceux-ci, plus de 600 millions étaient obèses, et approximativement 41 millions d'enfants âgés de moins de 5 ans étaient en surpoids ou obèses en 2014.

Au Canada, les estimations autodéclarées montrent qu'un peu plus de la moitié des Canadiens sont en surpoids ou obèses. Les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies des États-Unis signale que 13% des enfants et des adolescents canadiens (de 3 à 19) sont obèses, un proportion qui a triplé depuis la fin des années 70.

Pourquoi ces taux d'obésité chez les enfants inquiètent-ils la communauté médicale? Tout simplement parce que les enfants obèses tendent à devenir des adultes obèses, avec la séquelle des risques accrus pour le diabète, les maladies cardiaques, l'hypertension, les accidents vasculaires cérébraux et autres affections chroniques. On craint qu'avec une si forte proportion de la population présentant un risque accru de voir ces maladies se développer, la santé publique ne soit sérieusement menacée.

Au niveau individuel, ces maladies chroniques peuvent avoir comme conséquences une moins bonne qualité de vie générale, voire une mort prématurée. Au niveau sociétal, cette épidémie aura des coûts financiers aussi bien que des implications sociales, car les familles auront à gérer un fardeau de soins de santé de plus en plus lourd.

Que pouvons-nous faire face à ces taux croissants d'obésité? La réponse est double : elle implique d'une part la nourriture que nous ingérons, et d'autre part la quantité d'énergie que nous dépensons.

En premier lieu nous devons modifier notre régime alimentaire et réduire la prise d'aliments à haute teneur énergétique, les aliments à haute teneur en gras. En Amérique du Nord, ce type d'aliments est courant, et servi en portions énormes. Adultes et enfants auraient tout intérêt à suivre le Guide alimentaire canadien pour manger sainement. Gardez à l'esprit que l'énergie que nous absorbons par la nourriture ne doit pas excéder celle que nous dépensons en activité physique.

Cela nous mène au deuxième volet des mesures à prendre pour contrer la prévalence de l'obésité. Notre société dans son ensemble est devenue moins active, plus sédentaire. Les enfants nous disent qu'ils passent des heures devant la télévision ou à jouer à des jeux vidéo ou à d'autres activités demandant peu d'énergie. Il leur faut plus d'activité physique! Selon les experts, les enfants ont besoin de consacrer 60 minutes par jour à une activité physique intense, et les adultes 150 minutes par semaine. Des appels en ce sens ont été logés auprès des commissions scolaires pour qu'elles tiennent compte de ces besoins dans la planification de leurs programmes, du jardin d'enfants à la fin du secondaire.

Pourquoi ne pas prendre en main dès maintenant votre régime alimentaire et votre niveau d'activité physique? Établissez les normes pour les membres de votre famille et encouragez-les à s'y conformer. Les enfants surtout ont besoin d'adopter des comportements sains dès leur plus jeune âge. C'est un pas important dans la lutte contre l'épidémie d'obésité.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2021. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/La-nutrition