Surmonter sa dépendance

Surmonter sa dépendance n'est pas facile mais reste néanmoins possible. Le traitement sera composé de différents remèdes spécifiques en fonction de la nature de la dépendance ou de la substance utilisée. Cela dit, tous les traitements ont une caractéristique commune : ils doivent être des traitements à long terme. Wende Wood et Sam Waldner sont d'accord sur le fait que la dépendance est un trouble chronique pour lequel il n'existe pas de solution instantanée.

Wood souligne qu'il y a une différence entre la « désintoxication » et le traitement : la désintoxication nettoiera le système de la personne de la substance utilisée, mais c'est un traitement continu qu'il faut, notamment se faire conseiller de façon individuelle ou en groupe, enrichir ses capacités d'adaptation, et, si possible, changer son environnement social (par ex. changer d'amis ou déménager).

Même si le médicament connu sous le nom de naltrexone (ReViaMD) peut jouer un rôle dans le traitement de la dépendance à l'alcool ou aux opiacés (il empêche les états d'euphorie), Wood constate qu'il ne guérit pas. (En général, le naltrexone ne représente qu'une partie du programme de traitement qui comprend le plus souvent des conseils ou la participation à un groupe d'entraide.) L'usage de méthadone pour aider à traiter la dépendance aux opiacés (par ex. l'héroïne, la codéine ou l'oxycodone) est controversé : si certains trouvent que cela revient à remplacer une dépendance par une autre, le Centre de toxicomanie et de santé mentale pense qu'on peut l'utiliser sans risque au sein d'un programme soumis à une surveillance. Néanmoins, le traitement par méthadone ne guérit pas et, comme tous les traitements de la dépendance, il exige que la personne concernée prenne ses responsabilités et s'implique dans le traitement.

Waldner insiste sur le fait que si les dépendances sont chroniques par nature, il est tout à fait possible de les traiter. Tandis que le comportement à problème peut cesser avec le traitement, explique-t-il, le trouble à l'origine de la dépendance restera, de même que sa composante interne qui consiste à nier être atteint de ce trouble. Ainsi, la clé de la guérison est de continuer à croire que l'on a besoin d'aide de façon à continuer d'en chercher. Dans le cas contraire, il y a un risque de rechute. D'après Waldner, dans le cadre du modèle en 12 étapes, cela signifie « continuer à revenir en arrière », c'est-à-dire continuer à assister à des réunions comme faisant partie d'un traitement continu. Il décrit la situation comme étant semblable à celle d'une personne diabétique : même s'il est possible de parvenir à un certain contrôle de la maladie grâce à un traitement en continu, celle-ci ne disparaît pas et la personne doit entretenir activement sa « guérison ».

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2021. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Face-a-face-avec-la-dependance