• Articles
  • Collé à l'écran?

    © 1996-2014 MediResource Inc.

    Malgré le potentiel du réseautage social à soutenir notre santé mentale, émotive et même physique, il y a des mises en garde à considérer.

    Les jeunes enfants se trouvent particulièrement à risque, car ils s'exposent aux écrans à un âge de plus en plus jeune. Certains font leur entrée en ligne dès leur première année de vie, à mesure que les parents publient leurs photos de bébé, les anecdotes personnelles et les comptes rendus en ligne. Dire que nous craignions de voir nos parents sortir nos photos de bébé ou les vidéos de famille. Les enfants de nos jours peuvent voir quelqu'un googler leur nom et trouver sur YouTube des vidéos les montrant courir en couches!

    En termes de temps d'écran, la Société canadienne de pédiatrie recommande :

    • d'éviter que les enfants de moins de 2 ans passent du temps devant des écrans.
    • que les enfants âgés de 2 à 5 ans ne passent pas plus de 1 heure par jour devant des écrans.
    • que les enfants de plus de 5 ans ne passent pas plus de 2 heures par jour devant des écrans.

    Comparons cela aux chiffres publiés par Statistique Canada : environ 76 % des enfants âgés de 5 à 11 ans passent plus de 2 heures par jour devant des écrans.

    Ce n'est pas nouveau d'apprendre qu'un enfant arrive à la maison après l'école et, durant le reste de l'après-midi et toute la soirée, passe d'un écran à l'autre jusqu'à l'heure du coucher : texto, réseaux sociaux, jeux sur ordinateur, émission à la télé, clavardage en ligne et dodo. Qui sait? Il peut s'endormir et rêver qu'il parvient à un niveau supérieur dans son jeu vidéo favori. Outre un sommeil sans repos, quels sont les dangers d'une vie collée à l'écran? Voici quelques risques potentiels que présente la vie en ligne tant pour les enfants que pour les adultes :

    Douleur : L'ergonomie est la science des milieux de travail sains. Lorsque nous travaillons à un poste informatique qui ne répond pas aux normes ergonomiques, il peut en résulter des douleurs au cou et au dos ainsi que des problèmes au niveau de la main et du poignet.

    Prévention :

    • En général, on devrait placer le moniteur plus bas que le niveau des yeux, à une distance équivalente à la longueur du bras. Les poignets doivent être parallèles au clavier, les coudes repliés à environ 90 degrés. Les pieds doivent reposer confortablement à plat sur le sol.
    • Considérez les principaux éléments du poste de travail et adaptez-les à la personne qui l'utilise le plus souvent. Vous pouvez acheter des soutiens lombaires pour aider à maintenir le dos droit.
    • S'il s'agit d'un poste de travail d'enfant, il est bon d'investir dans une chaise, une souris et un bureau adaptés à sa taille. Ainsi, le jeune enfant n'aura pas à tendre le cou pour regarder l'écran, qui est placé au niveau des yeux d'un adulte.
    • Pour les enfants, limitez le temps qu'ils peuvent rester assis devant l'ordinateur et encouragez-les à prendre des pauses.
    • Donnez l'exemple aussi, et organisez-vous pour avoir un système de rappel afin de vous lever de temps en temps pour vous étirer ou bouger.

    Fatigue oculaire : Nos yeux ne sont pas faits pour fixer des écrans scintillants tout au long de la journée. Et pourtant, nombre d'entre nous passent leurs heures éveillées à ne faire que cela. Bien qu'il soit vrai que les écrans numériques émettent une lumière bleue, de nombreux problèmes oculaires causés par une exposition excessive aux écrans ne sont pas dus à la lumière bleue, mais plutôt à ce que l'on appelle « le syndrome de la vision par ordinateur ». Ce syndrome peut représenter un effort réel pour nos yeux. La fatigue oculaire survient simplement lorsque vos yeux s'épuisent après un usage excessif. Vos yeux peuvent faire mal, sembler somnolents et devenir secs, larmoyants et irrités. Une vision floue s'ensuivrait, accompagnée de maux de tête et de troubles de focalisation.

    Prévention :

    • Prenez des pauses pour laisser vos yeux se reposer loin de l'écran. Réglez un chronomètre qui sonnera toutes les 30 minutes pour vous rappeler de prendre une pause de l'ordinateur. Toutes les 20 minutes, regardez à une distance d'environ 20 pieds pendant au moins 20 secondes.
    • Quand les gens travaillent à l'ordinateur, certains ont tendance à oublier de cligner des yeux! L'assèchement, l'irritation et la fatigue des yeux qui en résultent peuvent être prévenus si vous pensez à consciemment battre des paupières, stimulant la formation de larmes et gardant vos yeux humides.
    • De plus, certains changements de l'éclairage, comme la réduction des reflets et l'ajustement du degré de brillance de votre écran peuvent aider à réduire la fatigue oculaire.
    • Essayez de changer la taille des caractères et la couleur de fond pour trouver les paramètres d'affichage qui conviennent à vos yeux.

    Obésité : Selon une enquête de grande échelle menée par Statistique Canada, 25 % des gens qui passaient leur temps de loisir à regarder la télévision, soit 21 heures ou plus de temps d'écran, étaient aussi considérés comme obèses. Les hommes et les femmes qui consacraient plus de 11 heures par semaine à des activités en ligne étaient davantage susceptibles à l'embonpoint comparativement aux personnes qui y consacraient au plus 5 heures par semaine. Parmi les enfants, l'usage de l'ordinateur a été associé à des taux de graisse corporelle plus élevés, et l'abus de la télévision a contribué à une obésité infantile accrue. Ainsi, comme nos heures devant l'écran augmentent, il en est de même de notre tour de taille et des risques qui y sont associés, tels que le diabète et la haute pression artérielle.

    Prévention :

    • Commencez à tenir un registre de temps d'écran, pour vous-même et les membres de votre famille. Vous pouvez utiliser votre téléphone cellulaire pour enregistrer ces données, car la plupart des téléphones intelligents disposent d'une fonction de suivi du temps passé sur l'écran. Inscrivez le temps que vous passez devant un écran pendant une semaine normale – et cela pourrait vous choquer de constater le nombre d'heures dévorées! Pour chacune de ces heures, imaginez combien d'autres activités vous pourriez avoir faites, qui auraient été bénéfiques pour votre santé.
    • Faites un plan pour substituer au moins quelques-unes de ces heures par de l'activité physique.
    • Pensez aussi à vos habitudes d'alimentation en relation aux écrans. Grignotez-vous devant la télé et en surfant sur le Net? On peut ne pas prendre conscience de ce qu'on mange durant le temps d'écran, mais toutes ces calories supplémentaires peuvent s'accumuler sournoisement. Faites en sorte de prendre vos repas et vos collations loin des écrans.

    Santé mentale : Ce n'est probablement pas la première fois que vous entendez dire que les médias sociaux peuvent nuire à votre santé mentale. Vous en avez peut-être même assez d'entendre cela, mais c'est parce que de nombreuses études montrent un lien entre l'utilisation des médias sociaux et de nombreuses affections mentales, notamment l'anxiété, la dépression et les troubles alimentaires. Comme il est maintenant presque impossible d'éviter les médias sociaux dans notre vie quotidienne, nous devons repenser la façon de les utiliser sans en être victimes.   

    Prévention :

    • Limitez le temps que vous passez à parcourir les médias sociaux chaque jour. Il est facile de perdre la notion du temps lorsque vous faites défiler les pages sur Instagram. Cependant, une étude a montré que les personnes qui limitent leur temps passé sur les médias sociaux à moins de 30 minutes par jour déclarent être de meilleure humeur. 
    • Suivez les personnes et les pages qui vous motivent ou vous rendent joyeux. Si vous remarquez que certains types de publications vous rendent anxieux ou déprimés, vous n'êtes pas seul. Ne suivez pas ou mettez en sourdine les contenus qui vous dérangent et suivez plutôt les contenus qui vous rendent heureux.
    • Envisagez de suivre une cure de désintoxication des médias sociaux. Comme pour toute autre cure de désintoxication, vous pouvez choisir une période de temps et vous tenir à l'écart des médias sociaux durant celle-ci. Il est plus facile d'arrêter quelque chose lorsque vous connaissez déjà les avantages de la désintoxication. Si vous bénéficiez d'une cure de désintoxication des médias sociaux, vous vous sentirez peut-être plus à l'aise de réduire le temps que vous passez sur les médias sociaux en général.

    Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2021. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/La-vie-en-ligne-est-elle-saine

  • États connexes