X

Vous utilisez un navigateur non pris en charge. Veuillez le mettre à niveau afin de pouvoir consulter le site shoppersdrugmart.ca.

FAQ à propos des médicaments

Pourquoi est-ce si important de prendre mes médicaments?

Prendre ses médicaments exactement de la façon indiquée n'est pas toujours aussi simple que ça peut sembler. En réalité, ça peut devenir pas mal compliqué parfois. Plusieurs facteurs vous rendront plus ou moins prêt à prendre vos médicaments. Parmi ces facteurs, on retrouve :

  • la facilité avec laquelle le médicament peut être pris;
  • le nombre de doses de médicament que vous devez prendre chaque jour;
  • votre perception des avantages du médicament;
  • votre perception des risques d'omettre de prendre le médicament;
  • les risques associés au médicament, comme les effets secondaires;
  • le nombre total de comprimés que vous devez prendre chaque jour;
  • votre perception de l'efficacité du médicament;
  • le prix du médicament.

Ce ne sont là que quelques exemples. Ils ne s'appliquent peut-être pas tous à vous, mais ils entrent en ligne de compte quand vous décidez de prendre ou non vos médicaments. Même si vous décidez de prendre un médicament, ce n'est pas toujours facile de vous souvenir de le prendre. Après tout, nous avons une mémoire d'être humain, pas d'éléphant : nous oublions parfois de le prendre. Et insérer la prise de médicaments dans notre routine quotidienne au même titre que se brosser les dents, prendre une douche ou prendre un repas peut parfois présenter des défis.

Par contre, prendre ses médicaments tel qu'indiqué demeure important. La bonne utilisation de vos médicaments vous permettra de :

  • profiter de tous les avantages du médicament. Si vous ne prenez que la moitié de la dose de médicaments recommandée, vous n'obtiendrez pas les mêmes résultats qu'avec la dose suggérée par le médecin;
  • éviter les effets secondaires indésirables. Si vous prenez plus de médicament que conseillé pour obtenir plus de résultats, vous augmentez vos risques d'effets secondaires. Et vous pourriez ne pas obtenir plus de résultats;
  • éviter les conflits entre médicaments. Certains médicaments ne doivent pas être consommés ensemble. Si c'est le cas, les effets d'un ou l'autre des médicaments peuvent être multipliés ou annulés, ce qui peut entraîner des problèmes.

Prenons-nous nos médicaments de la bonne façon?

Beaucoup de personnes ne prennent malheureusement pas leurs médicaments de la bonne façon.  Parmi les statistiques portant sur les personnes qui doivent prendre des médicaments, quelques données intéressantes émergent :

  • 50 % au moins de ces personnes ne les prennent pas conformément aux directives médicales;
  • 20 % de ces personnes prennent une dose plus faible que celle qui leur a été prescrite par leur médecin;
  • 12 % de ces personnes n'en prennent aucun, même après les avoir achetés;
  • 12 % de ces personnes ne font pas exécuter leur ordonnance (dans le cas de certaines affections, ce taux peut s'élever jusqu'à 50 %);
  • 30 % de ces personnes arrêtent de prendre un médicament avant d'en avoir employé la dose totale.

Quelles sortes de conséquences peut-on entrevoir lorsque les médicaments ne sont pas pris de la bonne façon?

Lorsque les médicaments ne sont pas pris de la bonne façon, on peut envisager la survenue d'une chaîne d'événements évitables comme une hospitalisation, une maladie et même la mort. Ce sont des conséquences fâcheuses qui coûtent chaque année des millions de dollars au système de soins de santé. Parmi les statistiques sur les hospitalisations, quelques données intéressantes émergent :

  • 10 % des admissions à des hôpitaux découlent directement de prises de médicaments qui n'ont pas été effectuées selon les directives du médecin traitant;
  • 1/3 environ des aînés qui sont hospitalisés sont déjà connus pour leur non-observance du mode d'emploi de leurs médicaments;
  • 20 % des réponses indésirables à des médicaments auraient été évitées si les médicaments avaient été pris de la bonne façon;
  • 10 causes principales de décès ont été recensées, et les réponses indésirables à des médicaments auraient été l'une de celles-ci.

Vous pouvez toutefois vous prévaloir de nombreux procédés pour parvenir à prendre votre médicament comme prescrit. Discutez avec votre pharmacien pour en savoir davantage sur le mode d'emploi de votre médicament et sur ce que vous pourriez faire si vous avez du mal à les employer conformément aux directives médicales.

Je ne me souviens pas toujours de prendre mon médicament. Que devrais-je faire ?

Il est souvent difficile d'intégrer la prise de médicaments dans votre horaire, surtout si vous employez plusieurs médicaments à la fois. Le secret consiste à trouver un système qui vous convient parce que vous pouvez l'adapter à votre mode de vie et à vos habitudes.

Voici quelques petits conseils qui vous aideront à respecter l'horaire de votre médicament :

  • intégrez la prise de votre médicament dans votre routine quotidienne. Prenez-le juste avant, ou juste après, une autre activité que vous accomplissez tous les jours, comme vous habiller, manger (si la prise du médicament avec un aliment est permise), prendre une douche, aller au lit - ce que vous utilisez comme rappel importe peu, du moment qu'il est opportun;
  • essayez de placer votre fiole de médicaments dans un endroit bien en vue, comme à côté de la cafetière, à petite distance de la porte ou près de vos clés. N'oubliez pas que l'endroit que vous choisissez devrait être hors de la portée des enfants, et conservez le médicament à l'abri d'une lumière vive, de la chaleur et de l'humidité;
  • réglez une sonnerie d'alarme(de votre montre, d'un réveil, d'un agenda électronique, d'un téléphone cellulaire, d'un ordinateur portatif ou d'un iPad) qui vous rappellera qu'il est temps de prendre votre médicament;
  • demandez à un ami de vous faire penser à prendre votre médicament;
  • placez des notes dans des endroits où vous ne manquerez pas de les voir. Envisagez de les apposer sur le miroir de la salle de bains, la porte du réfrigérateur, la télécommande ou près de l'endroit où vous rangez votre portefeuille ou votre sac à main.

Vous devrez peut-être combiner différentes suggestions pour trouver une stratégie qui vous convient.

Comment intégrer la prise de mon médicament dans mon emploi du temps ?

Il est souvent difficile d'intégrer la prise de médicaments dans votre horaire, surtout si vous employez plusieurs médicaments à la fois. Le secret d'une bonne gestion des médicaments consiste à trouver un système qui vous permettra d'organiser la prise de vos médicaments et de vous en souvenir au moment opportun.

Voici quelques petits conseils qui devraient vous aider à gérer l'horaire des prises de votre médicament :

  • intégrez la prise de votre médicament dans votre routine quotidienne. Prenez-le juste avant, ou juste après, une autre activité accomplie quotidiennement, comme votre habillement, le repas du matin (vérifiez que la prise du médicament avec un aliment est permise), une douche ou votre coucher;
  • essayez de placer votre boîte de médicaments dans un endroit bien en vue. Ce serait astucieux de la mettre à côté de la cafetière ou à petite distance de la porte. N'oubliez pas que l'endroit choisi doit être hors de la portée des enfants et à l'abri de la lumière vive, de la chaleur et de l'humidité;
  • créez un traqueur de doses et notez leur prise sur un calendrier;
  • utilisez un dispositif d'aide à l'observance médicamenteuse.

Les dispositifs d'aide à l'observance médicamenteuse

  • La plaquette thermoformée. Une plaquette thermoformée, aussi appelée emballage pratique, grâce à une méthode particulière de conditionnement que beaucoup de pharmacies utilisent, présente chaque dose sous une petite bulle de matière plastique reposant sur une feuille d'aluminium. Généralement, chaque bulle en matière plastique contient un comprimé, mais elle peut en contenir davantage selon le nombre qui constitue une dose d'un médicament donné (par ex. si la dose consiste de 2 comprimés, alors 2 comprimés se trouveront sous la même bulle en matière plastique). Une plaquette thermoformée contient habituellement le nombre de doses suffisant pour toute une semaine. Quand il est temps de prendre le médicament, vous poussez tout simplement les comprimés à travers la feuille d'aluminium de la plaquette thermoformée. De cette façon, vous pouvez facilement vérifier quelles doses vous avez prises.
     
  • Les piluliers. Un pilulier est un récipient qui vous permet de conserver et d'organiser vos médicaments grâce à des compartiments correspondant à des périodes précises de la journée (le matin, le midi, l'après-midi et le coucher) et habituellement pour les 7 jours de la semaine. Quand il est temps de prendre le médicament, il vous suffit d'extraire les comprimés du compartiment correspondant au moment de la journée précisé. De cette façon, vous pouvez facilement vérifier si vous avez pris votre dernière dose de médicaments. Vous pouvez remplir le pilulier vous-même, ou demander à un pharmacien ou à une infirmière de le faire (ce qui est une bonne idée quand l'horaire des doses est compliqué). Les piluliers peuvent aussi comporter un mécanisme qui émet un signal d'alarme quand le moment est venu de prendre votre médicament.
     
  • Les mécanismes d'alarme. Les mécanismes d'alarme peuvent se régler pour produire un signal (un bip ou une vibration) quand le moment est venu de prendre une dose de votre médicament. Vous pouvez utiliser une montre, un réveil, un agenda électronique ou un téléphone cellulaire. Certains piluliers et récipients pour médicaments sont munis de mécanismes d'alarme.

Les sources d'aides à l'observance médicamenteuse

  • Allez dans la pharmacie la plus proche. La pharmacie la plus proche devrait être en mesure de vous fournir des piluliers, des rappels de renouvellement d'ordonnance ou d'autres aides à l'observance médicamenteuse. Discutez avec votre pharmacien pour savoir laquelle vous conviendrait le mieux, et la marche à suivre pour passer une commande, si le produit voulu n'est pas disponible.
     
  • La navigation sur le Web. Quelques sociétés se spécialisent dans les dispositifs d'aide à l'observance thérapeutique :
    • Dynamic Living : (site Web disponible uniquement en anglais) offre un grand choix de piluliers et de mécanismes d'alarme à l'adresse www.dynamic-living.com;
    • E-pill : (site Web disponible uniquement en anglais) présente toute une sélection de montres, de réveils, de téléavertisseurs, de piluliers et de couvercles de médicaments qui émettent un bip quand le moment est venu de prendre une dose de votre médicament, ils sont accessibles à l'adresse www.epill.com;
    • WatchMinder : (site Web disponible uniquement en anglais) propose toute une gamme de montres sport programmables à l'adresse www.watchminder.com;
    • les sites des pharmacies.

Je n'aime pas prendre mon médicament en présence d'autres personnes. Que devrais-je faire ?

La prise de votre médicament en présence d'autres personnes pourrait vous inspirer de la gêne. C'est tout à fait normal de réagir de cette façon, surtout si vous venez d'amorcer la prise d'un médicament.

Pour vous sentir plus à l'aise :

  • alléguez quelque excuse et trouvez un endroit où vous isoler pour prendre votre médicament (par ex. dans la salle de bains);
  • fournissez des renseignements à votre entourage : il arrive souvent que quelques personnes s'inquiètent et cherchent à en savoir davantage. Il n'est pas nécessaire de tout leur dire sur votre santé, mais vous pourriez quand même leur donner quelques éclaircissements (surtout aux personnes en qui vous avez confiance) - elles se sentiront probablement quelque peu rassurées. En satisfaisant en partie leur curiosité, vous vous en épargnez les assauts qui entraînent du stress à la longue;
  • notez bien que même si vous avez l'impression d'être dans une situation délicate, vous vivez une expérience que les personnes utilisatrices de médicaments qui vous entourent connaissent bien elles aussi;
  • connectez-vous en ligne ou cherchez un répertoire de groupes de soutien communautaire pour trouver un groupe qui répond à vos besoins - d'autres personnes atteintes du même trouble pourraient être en mesure de vous prodiguer de bons conseils.

Comment conserver mon médicament ?

  • Rangez la plupart des médicaments dans un endroit sec, loin de toute source de chaleur et d'humidité.
  • Gardez votre médicament hors de la portée des enfants.
  • Examinez l'étiquette apposée sur votre médicament et tenez compte des instructions spéciales qui pourraient y figurer. Certains médicaments sont fournis dans un flacon dont l'étiquette porte des instructions précises sur leur conservation.
  • Laissez votre médicament dans son emballage d'origine, et mettez-le dans un récipient opaque si ce médicament a besoin d'être à l'abri de la lumière.
  • Essayez d'avoir recours à une boîte isolante où vous placerez un bloc réfrigérant si votre médicament a besoin d'être réfrigéré, et si vous n'avez pas accès à un réfrigérateur (par ex. si votre travail s'effectue en plein air ou si vous êtes sur la route toute la journée). Une boîte isolante ordinaire provenant d'une quincaillerie ou d'une boutique de sport fera l'affaire.
  • Surveillez la date de péremption des médicaments. La meilleure stratégie est encore de laisser les médicaments dans leur emballage d'origine. Vous pouvez aussi écrire les renseignements qui y figurent sur une étiquette que vous collerez sur le récipient dans lequel vous avez mis votre médicament.
  • Évitez de mettre plusieurs médicaments dans le même flacon, car vous auriez du mal à identifier les médicaments, de faire le suivi de vos prises et des dates de péremption.
  • Demandez conseil à votre pharmacien, si vous hésitez sur la façon de conserver votre médicament.

Mon médicament ne semble pas faire effet. Que se passe-t-il ?

Vous prenez le médicament conformément aux directives de votre médecin prescripteur, mais vous avez l'impression que votre médicament n'agit pas. Il pourrait y avoir plusieurs raisons :

  1. le délai d'action. Quelques médicaments prennent plusieurs jours ou semaines pour agir. Si vous employez l'un de ces médicaments, vous devrez tout simplement attendre qu'il atteigne son plein effet.
  2. Des médicaments dont l'action demande généralement un délai :

    • les antidépresseurs;
    • les médicaments pour la peau;
    • certains médicaments contre l'asthme (les corticostéroïdes en inhalateur);
    • les médicaments hypotenseurs;
    • les médicaments qui abaissent le cholestérol;
    • les médicaments thyroïdiens;
    • les médicaments contre l'ostéoporose.
       
    D'autres médicaments dont le nom ne figure pas sur cette liste pourraient aussi avoir un délai d'action plus long. Demandez à votre médecin ou à un pharmacien si votre médicament appartient à cette catégorie;
     
  3. le mode d'emploi particulier de certains médicaments. Pour agir convenablement, certains médicaments doivent s'employer avec ou sans aliments ou à un moment précis de la journée. Discutez avec votre médecin ou un diététiste pour tout renseignement supplémentaire;
     
  4. la dose ne correspond peut-être pas à vos besoins. Certains médicaments n'exercent pas une action optimale s'ils ne sont pas donnés à la bonne dose;
     
  5. le médicament n'est peut-être pas le meilleur pour vous. Quelquefois, un médicament ne fait pas effet pour tout le monde. Ne vous découragez pas si c'est le cas - discutez-en avec votre médecin ou un pharmacien. Il est fort probable qu'il sera en mesure de vous suggérer un autre médicament ou traitement plus efficace pour vous;
     
  6. l'affection qui vous touche n'a pas de symptômes perceptibles. Un grand nombre d'affections, entre autres, une pression artérielle élevée ou un excès de cholestérol, ne s'accompagnent d'aucun symptôme. Dans ce cas-là, seul un examen pourra confirmer ou infirmer l'efficacité de vos médicaments.

Je me fais du souci au sujet des effets secondaires du médicament que j'emploie - que devrais-je faire ?

Les effets secondaires sont un sujet de grande préoccupation pour quelques personnes, et leur manifestation cause bien souvent la remise en question de l'observance médicamenteuse. Voici quelques petits conseils qui vous aideront à faire front à la situation :

  • apprenez-en davantage sur les effets secondaires de votre médicament en parlant avec votre médecin ou un pharmacien;
  • signalez toujours sans hésiter à votre médecin ou à un pharmacien que vous avez observé des signes évoquant des effets secondaires! Discutez avec votre médecin ou un pharmacien des effets secondaires qui vous préoccupent. Ils seront probablement en mesure de vous suggérer des stratégies qui vous permettront d'éviter ces effets secondaires ou de leur faire face;
  • sachez que certains effets secondaires n'apparaissent que lorsque vous commencez à prendre certains médicaments, ou que vous en augmentez la dose, et ils disparaissent après quelque temps. D'autres effets secondaires sont le signe d'une réaction grave au médicament, c'est la raison pour laquelle vous devez aborder ce sujet avec un professionnel de la santé;
  • rassurez-vous, si les effets secondaires deviennent un gros problème, votre médecin vous prescrira un médicament différent.

Mon médicament a un mauvais goût - que dois-je faire ?

Voici quelques trucs qui vous permettront de masquer un mauvais goût :

  • placez le médicament dans une parcelle de nourriture. Si le médicament se présente sous forme de comprimé qui ne doit pas être écrasé (par ex. un comprimé à libération prolongée), veillez à avaler votre préparation sans la mâcher au préalable. Évitez d'avoir recours à cette stratégie si votre médecin ou un pharmacien vous a dit que le médicament doit se prendre sans aliment. Si vous ne savez pas si votre médicament peut se prendre avec des aliments, consultez votre médecin ou un pharmacien, vérifiez l'étiquette apposée sur le contenant ou la feuille de renseignements de la pharmacie;
  • ajoutez votre médicament, s'il se présente sous forme de solution, à une petite quantité de liquide ayant un goût plus agréable, comme du jus de fruit ou du lait. Évitez de résoudre ce problème de cette façon si votre médecin ou un pharmacien vous a dit que le médicament ne doit pas se prendre avec du jus de fruit ni avec du lait;
  • versez de l'eau dans un grand verre. Pincez-vous le nez, placez le médicament sur l'arrière de votre langue, puis avalez le médicament avec un peu d'eau. Rincez-vous la bouche avec le restant d'eau et relâchez votre nez. Cette méthode est efficace pour toutes sortes de médicaments, y compris ceux qui ne doivent pas se prendre avec des aliments;
  • essayez de sucer un glaçon pour engourdir votre bouche avant la prise du médicament.

Qu'est-ce que je pourrais faire pour pouvoir avaler mon médicament plus facilement ?

Essayez ces petites astuces* :

  • cherchez à savoir si vous pouvez casser, fractionner ou écraser votre médicament en petites particules plus faciles à avaler. Vérifiez auprès de votre pharmacien si votre médicament fait partie de ceux qui peuvent être écrasés ou fragmentés, car ils ne peuvent pas tous être manipulés de cette façon;
  • déboîtez les capsules, si c'est la forme que vous employez, en tirant sur ses extrémités avec un mouvement de rotation pour les vider tout en répandant le médicament sur une petite quantité de nourriture. Vous pouvez utiliser cette technique même avec des capsules à libération lente, du moment que vous avalez le contenu de leur enveloppe sans croquer ni mâcher. Vérifiez auprès de votre pharmacien si vous pouvez prendre votre médicament avec des aliments, ou lisez l'étiquette apposée sur le contenant ou la feuille de renseignements provenant de votre pharmacie;
  • renseignez-vous pour savoir si le médicament est offert en comprimé plus petit, sous forme de solution, ou si votre pharmacien peut le composer pour vous sous forme de solution;
  • placez le médicament dans une petite quantité de nourriture. Quelques médicaments ne doivent pas se prendre avec des aliments, alors renseignez-vous sur le mode d'emploi du vôtre avant d'essayer cette stratégie;
  • mettez le médicament à l'arrière de votre langue, inclinez la tête légèrement en arrière puis avalez quelques gorgées d'eau pour le faire descendre.

*Si vous avez de la difficulté à avaler en raison de problèmes médicaux (comme une paralysie musculaire partielle consécutive à un accident vasculaire cérébral), discutez avec votre médecin avant de mettre ces petits conseils en pratique. Selon l'affection dont vous souffrez, votre médecin pourrait vous donner des directives particulières.

Le contenant de mon médicament est difficile à ouvrir - que devrais-je faire ?

Essayez ces petites astuces pour ouvrir plus facilement les contenants de médicaments :

  • les fermetures sans protection à l'épreuve des enfants. Presque tous les médicaments sont délivrés dans des contenants à la fermeture sécurité-enfants. Ils ont des couvercles qui peuvent s'avérer très difficiles à ouvrir. Si vous avez ce genre de difficulté, demandez à votre pharmacien d'employer des fermetures sans protection à l'épreuve des enfants. Mais si vous utilisez ce type de contenant, veillez à toujours garder les médicaments hors de la portée des enfants;
  • les piluliers. Certaines pharmacies placeront votre médicament dans un pilulier pour vous- découvrez si votre pharmacie offre ce service. Vous pouvez également acheter des piluliers et les remplir vous-même;
  • les plaquettes thermoformées. Quelques pharmacies mettront votre médicament dans cette sorte d'emballage- renseignez-vous pour savoir si votre pharmacie offre ce service.

Les piluliers :

  • un « pilulier » est un récipient où vous pouvez ranger et organiser vos médicaments dans des compartiments destinés à différentes parties de la journée (par ex. le matin, le midi, l'après-midi ou le coucher), habituellement pour toute 1 semaine à la fois. De cette façon, vous pouvez facilement vérifier si vous avez pris votre dernière dose de médicaments. Vous pouvez remplir le pilulier vous-même, ou demander à un pharmacien de le faire (ce qui est une bonne idée quand l'horaire des doses est compliqué);
  • les piluliers sont parfois munis d'un mécanisme d'alarme qui se déclenche quand il est temps de prendre votre médicament.

La plaquette thermoformée :

  • une « plaquette thermoformée », aussi appelée emballage pratique grâce à une méthode particulière de conditionnement qui présente chaque dose sous une petite bulle de matière plastique reposant sur une feuille d'aluminium. Les médicaments y sont rangés par jour, habituellement pour toute 1 semaine. Quand il est temps de prendre le médicament, vous poussez tout simplement les comprimés à travers la feuille d'aluminium de la plaquette thermoformée. De cette façon, vous pouvez facilement vérifier quelles doses vous avez prises.

Quelques petites astuces supplémentaires. Des affections comme l'arthrite rendent l'ouverture des contenants plutôt difficile. D'après certains, une bande élastique placée autour d'un contenant en facilite l'ouverture pour les personnes atteintes d'arthrite et d'autres affections. Parlez aux personnes de votre entourage pour savoir les stratégies qu'elles utilisent pour mieux ouvrir les contenants de médicaments. Si vous avez subi une intervention chirurgicale ou si vous portez un appareil de contention, dites à la personne qui va chercher vos médicaments de demander au pharmacien de munir les flacons de couvercles faciles à ouvrir.

Je m'absente, et je vais prendre mes médicaments avec moi - que faut-il que je sache ?

À propos des déplacements de 24 heures ou moins

Si vous êtes en déplacement pour 24 heures, ou si vous vous rendez à l'école ou au travail, vous devez tenir compte de 3 facteurs essentiels : le transport de vos médicaments, la conservation de vos médicaments et le rappel de la prise de vos médicaments. Il vous suffit d'un peu d'organisation pour réussir à suivre votre traitement médicamenteux en toute circonstance.

Le transport de vos médicaments

Vous avez le choix entre 2 options :

  1. le transport de chaque médicament dans son flacon d'origine. C'est une excellente option pour les enfants, car bien souvent les écoles ont une politique qui exige de garder les médicaments dans le contenant portant l'étiquette d'origine. Si vous avez un enfant d'âge scolaire dont l'état de santé exige la prise de médicaments, informez-vous de la politique en vigueur sur les médicaments dans son école.

    Le contenant d'origine porte des renseignements précieux : le nom du médicament, le nom de la personne qui emploie le médicament, des directives sur la conservation, la dose et la date de péremption. Il est habituellement préférable d'avoir une seule provision de médicaments pour être on mesure d'en surveiller la date de péremption et la mise en pratique des directives de conservation. Si vous devez garder 2 provisions distinctes de médicaments, demandez à votre pharmacien ou au technicien en pharmacie de vous préparer un autre contenant sur lequel sera apposée une étiquette avec tous les renseignements voulus;

  2. le transport de vos médicaments dans un pilulier : les piluliers sont des récipients spéciaux (ou des « boîtes à pilules ») qui s'utilisent pour ordonner un approvisionnement en médicaments (habituellement pour 1 journée ou pour 1 semaine). Tous les médicaments qui doivent être pris ensemble à une certaine heure (par ex. au coucher) sont mis dans le même compartiment.

    Les piluliers vous aident à voir si vous avez pris vos médicaments. Mais, les médicaments placés dans le pilulier ne sont pas accompagnés des renseignements qui figurent sur l'étiquette du flacon d'origine. Si vous utilisez un pilulier, demandez à un pharmacien d'y disposer les médicaments, ou demandez à quelqu'un d'effectuer une vérification si vous l'avez rempli vous-même. C'est une solution pratique pour les personnes qui doivent prendre de nombreux médicaments, ou pour les personnes qui ont de la difficulté à faire le suivi des prises de leurs médicaments.

La conservation de vos médicaments

  • Évitez la dégradation de vos médicaments en respectant les directives de conservation du fabricant dès que vous arrivez à destination. Certains médicaments exigent des précautions particulières et doivent être mis au réfrigérateur. En général, les médicaments devraient se garder dans un endroit frais et sec et hors de la portée des enfants. Protégez-les d'une forte chaleur et d'une humidité excessive susceptibles de détruire de nombreux médicaments. La boîte à gants de votre voiture n'est pas un bon endroit pour conserver des médicaments, car la température peut y être très élevée ou très basse.
     
  • Examinez vos médicaments, si l'odeur, le goût ou l'aspect de l'un d'eux vous semble étrange (par ex. une solution habituellement limpide est trouble), ne l'employez pas. Apportez-le à une pharmacie qui s'occupera de sa destruction et où vous pourrez vous approvisionner de nouveau en médicaments.
     
  • Vérifiez aussi la date de péremption des médicaments que vous conservez dans d'autres endroits (par ex. au travail ou à l'école). Ne continuez pas à employer des médicaments au-delà de la date de consommation figurant sur l'emballage.

Le rappel de la prise de vos médicaments

  • Essayez de faire coïncider la prise de votre médicament avec une activité accomplie à la même heure. Si vous optez pour un repas, ne manquez pas de vous assurer que votre médicament peut être pris avec des aliments. Posez la question à votre médecin ou à un pharmacien.
  • Créez vos propres rappels. Réglez le signal sonore de votre montre ou de votre téléphone pour qu'il se déclenche au moment de la prise de la dose suivante, ou consignez l'horaire de vos doses dans un agenda ou sur un calendrier.
  • Discutez avec votre médecin ou un pharmacien de la simplification de l'horaire des prises si vous avez un emploi du temps chargé. Il existe peut-être des médicaments ou des associations médicamenteuses dont les prises plus espacées vous éviteraient de transporter une provision supplémentaire.
  • Demandez à votre pharmacien ou à votre médecin de quelle façon vous devriez adapter votre horaire des prises pour tenir compte des modifications apportées au régime alimentaire et des perturbations de la routine quotidienne, par ex. l'omission d'une dose.

Les séjours prolongés ou les voyages à l'étranger

Quand votre déplacement se prolonge, ou exige que vous alliez à l'étranger, vous devrez vous préoccuper d'autres détails et prendre des précautions supplémentaires.

La liste des nécessités

  • Apportez des médicaments supplémentaires et envisagez de transporter votre médicament indispensable dans 2 sacs différents, au cas où l'un d'eux se trouverait perdu. Prenez les précautions nécessaires pour ne pas vous trouver à court de médicaments au cas où votre médicament ne serait pas offert dans l'un des pays où vous vous rendez. En outre, les normes de qualité d'autres pays pourraient être différentes. Si votre affection évolue par poussées, munissez-vous de la quantité de médicaments nécessaires durant une poussée du phénomène pathologique.
     
  • Demandez à votre médecin de faire une lettre (sur du papier à correspondance officielle) qu'il signera et datera après y avoir décrit vos besoins médicamenteux dans le cadre de votre affection. Portez toujours cette lettre sur vous. Si vous ne possédez pas une telle lettre, certains postes frontaliers pourraient confisquer vos médicaments. Cette lettre pourrait aussi s'avérer utile en cas d'urgence.
     
  • Munissez-vous d'un double exemplaire de vos ordonnances au cas où vos médicaments seraient perdus ou volés. Ne manquez pas de vous assurer que le médecin prescripteur emploie le nom générique du médicament étant donné que les noms de marques diffèrent souvent d'un pays à l'autre.
     
  • Apprenez par cœur les numéros d'urgence, et transportez toujours votre carte d'assurance maladie ainsi que la liste de vos médicaments.
     
  • Envisagez de faire l'acquisition d'un bracelet d'alerte médicale si vous avez des allergies médicamenteuses.

Des petits conseils concernant l'empaquetage des médicaments

  • Transportez tous vos produits médicinaux dans leur contenant d'origine pour qu'ils soient facilement reconnaissables. Pour éviter d'avoir des problèmes à la frontière, ne déversez pas tous vos médicaments dans un seul et unique contenant.
  • Conservez vos médicaments dans votre bagage à main. Étant donné que la température n'est pas régulée à l'intérieur de la soute à bagages, les médicaments pourraient s'abîmer. Si vos bagages se perdaient, vous seriez sans médicaments jusqu'à ce qu'ils soient retrouvés.

Les points à soulever avant votre départ

  • Discutez de vos plans de voyage avec votre médecin ou un pharmacien avant votre départ, surtout si vous souffrez d'un trouble médical comme le diabète ou l'épilepsie.
     
  • Consultez votre médecin ou une clinique santé voyage pour savoir si vous devez vous faire vacciner ou prendre des précautions particulières lorsque vous atteindrez votre lieu de destination. Un grand nombre de vaccins doivent être donnés plusieurs semaines à l'avance. Vous devrez peut-être prendre des médicaments (par ex. pour la prévention du paludisme) si vous vous rendez dans certains pays.
     
  • Renseignez-vous pour savoir si vous devez suivre des directives spéciales, vous procurer un vaccin, des médicaments ou un matériel particulier si vous souffrez d'une affection comme le diabète, une infection à VIH (le sida), ou une affection du poumon. Vérifiez auprès de votre médecin bien avant votre départ si les personnes atteintes de votre trouble de santé doivent suivre des directives spéciales.
     
  • Consultez un médecin du pays où vous vous trouvez si vous êtes à court de médicaments pour une raison ou pour une autre (ou s'ils ont été perdus ou volés). Si vous souscrivez à une assurance-santé, votre assureur sera peut-être en mesure de vous orienter vers un médecin. Vous pourriez aussi demander à votre médecin qu'il vous donne le nom de confrères qui exercent dans les endroits où vous vous rendez, au cas où vous auriez besoin d'une consultation. L'Association internationale pour l'assistance médicale aux voyageurs (IAMAT, site Web disponible uniquement en anglais), ou l'association internationale de l'affection qui vous touche (par ex. la Fédération internationale du diabète) peut également vous recommander des médecins qui exercent leurs fonctions dans d'autres parties du monde. Vous devrez parfois payer comptant les services médicaux qui vous auront été dispensés dans certains pays.
     
  • Apprenez à la fois le nom de marque et le nom générique de vos médicaments. Les noms de marque peuvent différer d'un pays à l'autre, mais les noms génériques sont habituellement les mêmes.
     
  • Passez en revue votre schéma posologique avec votre pharmacien, surtout si vous changez de fuseaux horaires. Ne manquez pas de vous assurer que vous détenez les détails ci-après sur vos médicaments :
    • le nom générique et le nom de marque;
    • le mode d'emploi, c.-à-d. la dose, le nombre de prises quotidiennes, l'ingestion avec ou sans aliments;
    • les mesures à prendre si vous oubliez une dose;
    • les effets secondaires;
    • les interactions avec d'autres médicaments et des aliments (la cuisine variera au gré de vos déplacements).
       
  • Vérifiez auprès de votre assureur les modalités de vos garanties, si vous souscrivez à un régime d'assurance-santé. Demandez quels services sont couverts, et s'ils le sont dans le pays où vous vous rendez. Si les garanties qui vous sont accordées ne vous semblent pas satisfaisantes, souscrivez à une garantie des frais médicaux et hospitaliers supplémentaire.

Et finalement, faites un beau voyage!

Comment utiliser un disque inhalateur (Diskhaler®)*

  1. Pour charger le disque inhalateur Diskhaler® : retirez le couvercle. Sortez la cartouche blanche en la saisissant par les coins jusqu'à ce que vous aperceviez les côtés texturés, ensuite écrasez les côtés texturés tout en sortant délicatement la cartouche de l'inhalateur Diskhaler®. Placez le disque sur la roue de la cartouche, les numéros vers le haut. Replacez la cartouche à l'intérieur de l'inhalateur Diskhaler®.
     
  2. Pour préparer la dose : enfoncez délicatement et retirez la cartouche jusqu'à ce que le numéro « 4 » apparaisse dans la fenêtre de l'indicateur. Ce numéro vous indique combien il reste de doses dans la cartouche. Quand le numéro « 1 » apparaît, il vous reste une seule dose. Après avoir pris cette dose, il vous faudra remplacer le disque en répétant l'étape 1.
     
  3. Pour vous préparer à inhaler : tenez l'inhalateur Diskhaler®à niveau. Soulevez le rebord arrière du couvercle aussi loin qu'il voudra aller. Cette manœuvre permettra à l'aiguille de plastique de percer l'ampoule. Les surfaces supérieure et inférieure de l'ampoule doivent toutes deux être percées. Il se peut que vous ressentiez une certaine résistance lorsque cela se produira. Une fois les deux surfaces de l'ampoule percées, refermez le couvercle. Ne soulevez pas le couvercle avant que la cartouche ne se trouve complètement à l'intérieur ou complètement à l'extérieur de l'inhalateur Diskhaler®, car vous pourriez briser l'aiguille.
     
  4. Pour inhaler : tenez l'inhalateur Diskhaler®à niveau. Prenez une grande respiration, puis placez l'embouchure de l'inhalateur Diskhaler® dans votre bouche, entre vos dents. Ne couvrez pas les évents qui se trouvent sur le côté. Respirez aussi régulièrement et profondément que vous le pourrez. Puis, retenez votre souffle si vous le pouvez et retirez l'inhalateur Diskhaler® de votre bouche. Continuez à retenir votre souffle aussi longtemps que cela vous est confortable. Expirez ensuite lentement.
     
  5. Pour vous préparer à la prochaine inhalation : enfoncez et retirez la cartouche tel que décrit à l'étape 2. Ne percez pas l'ampoule avant d'être prêt pour votre prochaine inhalation.
     
  6. Lorsque vous avez fini d'utiliser le Diskhaler®, replacez le couvercle.

Comment entretenir l'inhalateur Diskhaler®

  • Pour le nettoyer, retirez la cartouche et utilisez la brosse fournie pour retirer toute poudre résiduelle. Faites-le avant d'insérer un nouveau disque. Lorsque vous nettoyez le Diskhaler®, la cartouche et la roue doivent être retirées du corps du  Diskhaler®.
  • Remplacez l'inhalateur Diskhaler® après 6 mois d'utilisation.

*Différents médicaments viennent sous forme de disque inhalateur. Ces renseignements sont offerts à titre d'information générale sur l'utilisation de l'inhalateur Diskhaler®. Les directives peuvent varier selon les produits utilisés. Si ces instructions diffèrent de celles qui vous ont été données par le médecin ou par le pharmacien, vérifiez avec lui la façon exacte dont vous devriez utiliser le produit. Consultez votre médecin ou votre pharmacien pour tout renseignement particulier concernant votre médicament.

Comment appliquer des gouttes dans les oreilles*

  1. Réchauffez le tube de gouttes pour les oreilles dans votre main pendant quelques minutes. Vous rendrez ainsi les gouttes plus confortables à appliquer.
  2. Lavez bien vos mains à l'eau et au savon.
  3. Agitez délicatement la bouteille si votre pharmacien ou votre médecin vous a indiqué de le faire.
  4. Ouvrez le tube de gouttes pour les oreilles.
  5. Basculez la tête sur un côté ou allongez-vous, l'oreille à traiter vers le haut.
  6. Tirez le pavillon(la partie supérieure de l'oreille externe) vers le haut et vers l'arrière chez les adultes et les enfants de plus de 3 ans, ou vers le bas et vers l'arrière chez les enfants de moins de 3 ans. Vous redresserez ainsi le canal auditif.
  7. Déposez le nombre requis de gouttes directement dans le canal de l'oreille. Ne laissez pas le compte-gouttes toucher à l'oreille ni à d'autres surfaces, car cela pourrait le contaminer.
  8. Conservez cette position pendant 3 à 5 minutes pour permettre aux gouttes d'agir. La durée de cette attente dépend du médicament utilisé. Consultez votre médecin ou votre pharmacien pour savoir combien de temps vous devriez conserver cette position une fois que vous avez déposé les gouttes dans votre oreille. Après avoir utilisé certains médicaments, comme Cerumenex®), il faut rincer l'oreille avec de l'eau après l'utilisation des gouttes.
  9. Si vous instillez des gouttes dans vos deux oreilles, attendez 5 à 10 minutes avant de passer à la seconde oreille pour permettre aux gouttes de pénétrer dans le conduit auditif de la première.

* Plusieurs médicaments viennent sous la forme de gouttes pour les oreilles. Ces renseignements sont offerts à titre d'information générale sur l'utilisation des gouttes pour les oreilles. Les directives peuvent varier selon les produits utilisés. Si ces instructions diffèrent de celles qui vous ont été données par le médecin ou par le pharmacien, vérifiez avec lui la façon exacte dont vous devriez utiliser le produit. Consultez votre médecin ou votre pharmacien pour tout renseignement particulier concernant votre médicament.

Comment utiliser un lavement*

Vous pouvez choisir parmi deux positions pour recevoir un lavement :

  • Allongez-vous sur le côté avec la jambe du dessous étendue et la jambe supérieure fléchie vers la poitrine.
  • Agenouillez-vous sur le lit avec la tête et le torse plus bas que le reste du corps.

Lorsque votre position vous semble confortable, suivez les étapes suivantes :

  1. Retirez l'embout protecteur du lavement.
  2. Insérez délicatement l'embout du lavement dans le rectum, l'embout pointant vers le nombril. Si c'est douloureux ou si vous avez de la difficulté à insérer l'embout, arrêtez. Ne forcez pas l'embout à l'intérieur du rectum, vous pourriez vous blesser. Retirez l'embout et essayez de nouveau. Les embouts de certains lavements sont prélubrifiés. Si le vôtre ne l'est pas, vous voudrez peut-être le lubrifier avant de l'insérer.
  3. Une fois l'embout confortablement inséré dans le rectum, videz le contenu du lavement lentement. Pressez sur l'extrémité du contenant jusqu'à ce que le liquide se soit entièrement écoulé. Ne vous inquiétez pas s'il reste un peu de liquide; il y a habituellement plus de liquide que nécessaire dans le contenant.
  4. Retirez l'embout du lavement de votre rectum.
  5. Attendez un peu, puis évacuez le contenu de votre intestin en allant à la toilette. Le délai à respecter avant d'évacuer le contenu du lavement dépend du produit utilisé. Consultez votre médecin ou votre pharmacien pour savoir combien de temps vous devrez attendre avant de l'évacuer.
  6. Si vous n'allez pas à la toilette ou si vous saignez du rectum après un lavement, cessez l'utilisation du lavement et consultez votre médecin.

* Ces renseignements sont offerts à titre d'information générale sur l'utilisation des lavements. Les directives peuvent varier selon les produits utilisés. Si ces instructions diffèrent de celles qui vous ont été données par le médecin ou par le pharmacien, vérifiez avec lui la façon exacte dont vous devriez utiliser le produit. Consultez votre médecin ou votre pharmacien pour tout renseignement particulier concernant votre médicament.

Comment utiliser les gouttes oculaires*

Chez les adultes

  1. Lavez-vous bien les mains à l'eau et au savon pendant au moins 30 secondes pour enlever toutes les bactéries qui pourraient s'y trouver.
  2. Si vous portez des lunettes ou des lentilles cornéennes, enlevez-les.
  3. Si vous devez agiter la bouteille avant d'utiliser les gouttes, faites-le maintenant. (Demandez à votre pharmacien si votre bouteille doit être agitée avant usage.)
  4. Retirez le couvercle du contenant de gouttes oculaires.  Ne touchez à rien avec l'embout du contenant.
  5. Basculez la tête vers l'arrière ou allongez-vous.
  6. En gardant les yeux ouverts, écartez délicatement sur la paupière inférieure (en la tenant sous les cils) de la surface de l'œil. Vous formerez ainsi un réservoir.
  7. Tenez le contenant de gouttes oculaires près de la paupière. Assurez-vous de ne toucher ni à l'œil ni à aucune autre surface avec l'embout du contenant. Si vous touchez à quelque chose avec l'embout du contenant, vous pourriez le contaminer avec des bactéries. La même chose est vraie pour le couvercle.
  8. Regardez le plafond. Vous éviterez ainsi de cligner des yeux.
  9. Pressez délicatement la bouteille pour déposer une goutte dans le réservoir.
  10. Regardez vers le bas durant quelques secondes pour que l'œil entre en contact avec la goutte. Relâchez lentement la paupière inférieure.
  11. Fermez les yeux doucement pendant au moins 30 secondes et jusqu'à un maximum de 5 minutes. N'exercez pas une pression importante sur les paupières l'une contre l'autre et ne vous frottez pas les yeux – cela pourrait expulser les gouttes hors de l'œil. Essayez de ne pas cligner des yeux. Appliquez une pression délicate sur les coins des yeux de chaque côté du nez pour empêcher le médicament de se drainer.  Si vous avez subi une chirurgie aux yeux récemment, consultez votre médecin pour savoir si vous pouvez ou non appliquer une pression.
  12. Utilisez un papier-mouchoir propre pour éponger l'excès de médicament. Ne vous frottez pas les yeux.
  13. Si vous déposez plus d'une goutte, attendez environ 3 à 5 minutes entre chaque goutte. Vous éviterez ainsi de diluer les gouttes entre elles et de les faire s'écouler.

Chez les enfants

  1. Lavez-vous bien les mains à l'eau et au savon.
  2. Demandez à l'enfant de s'asseoir face à vous, la tête basculée vers l'arrière et les yeux fermés.
  3. Retirez le couvercle du contenant de gouttes oculaires.
  4. Placez la main qui tient le contenant contre la joue de l'enfant. Approchez-la lentement de l'œil de l'enfant par le côté. Vous préviendrez ainsi les blessures à l'œil si l'enfant s'agite subitement.
  5. Tirez la paupière inférieure vers le bas et déposez la goutte à travers les cils. Souvenez-vous de ne pas toucher aux cils avec l'embout du contenant. Vous pouvez aussi déposer la goutte sur la paupière dans le coin intérieur de l'œil. Ensuite, demandez à l'enfant d'ouvrir les yeux et la goutte tombera dans son œil.
  6. Assurez-vous bien de ne toucher ni l'œil, ni la paupière, ni les cils ni quoique ce soit avec l'embout de contenant de gouttes. Vous pourriez contaminer le contant de gouttes oculaires avec des bactéries.

Chez les bébés et les très jeunes enfants

  1. Lavez-vous bien les mains à l'eau et au savon.
  2. Faites asseoir l'enfant sur vos genoux, face à vous. Pendant que vous soutenez l'arrière de sa tête, penchez l'enfant vers l'arrière jusqu'à ce que celui-ci repose sur vos cuisses. Tenez la tête de l'enfant d'une main et déposez la goutte de l'autre, du côté où vous soutenez la tête. Si l'enfant ne collabore pas bien, vous pouvez coincer ses pieds sous vos aisselles ou tenir délicatement sa tête entre vos cuisses. Vous pouvez aussi demander à une autre personne de vous aider.
  3. Tirez la paupière inférieure vers le bas et déposez la goutte à travers les cils. Souvenez-vous de ne pas toucher aux cils avec l'embout du contenant.
  4. Assurez-vous bien de ne toucher ni l'œil, ni la paupière, ni les cils ni quoique ce soit avec l'embout de contenant de gouttes. Vous pourriez contaminer le contant de gouttes oculaires avec des bactéries.
  5. Si vous avez de la difficulté à déposer une goutte entière dans l'œil, souvenez-vous qu'il vaut mieux qu'il tombe un peu de liquide sur les paupières ou dans les cils (ce qui permet à une petite quantité de médicament de s'infiltrer dans l'œil) que de ne pas mettre de gouttes du tout.

Pour les gens qui tremblent ou souffrent d'arthrite

Appliquer les gouttes oculaires peut s'avérer difficile parce que cette opération nécessite une main stable et une bonne dextérité. Voici quelques possibilités :

  • Demandez à quelqu'un de déposer les gouttes à votre place selon la première méthode décrite ci-haut.
  • Consultez votre médecin ou votre pharmacien au sujet des appareils pouvant vous aider à déposer vous-même vos gouttes oculaires. Il peut s'agir d'un support en plastique sur lequel on repose le contenant, d'un système de miroirs ou d'un appareil servant à presser sur la bouteille.

* Plusieurs médicaments viennent sous la forme de gouttes oculaires. Ces renseignements sont offerts à titre d'information générale sur l'utilisation des gouttes oculaires. Les instructions détaillées peuvent varier selon le produit. Si ces instructions diffèrent de celles qui vous ont été données par le médecin ou par le pharmacien, vérifiez avec lui la façon exacte dont vous devriez utiliser le produit. Consultez votre médecin ou votre pharmacien pour tout renseignement particulier concernant votre médicament.

Comment utiliser un onguent oculaire*

  1. Si vous portez des lunettes ou des lentilles cornéennes, enlevez-les.
  2. Réchauffez le tube d'onguent dans votre main pendant quelques minutes. Ainsi, l'onguent s'écoulera plus facilement et sera plus confortable à l'application.
  3. Lavez vos mains à fond avec du savon et de l'eau pendant au moins 30 secondes afin d'enlever toutes les bactéries qui s'y trouvent.
  4. Ouvrez le tube d'onguent. Ne touchez à rien avec l'extrémité du tube. Plusieurs tubes ont une paroi métallique qu'il faut perforer à l'aide du poinçon moulé dans le couvercle. Une fois le tube ouvert pour la première fois, les premiers 5 mm d'onguent qui sortent doivent être jetés, car ils risquent d'être trop secs.
  5. Basculez la tête vers l'arrière ou allongez-vous.
  6. En gardant les yeux ouverts, étirez la paupière inférieure afin de former une poche.
  7. Tenez le tube d'onguent en position presque horizontale et rapprochez-le de l'œil de façon latérale jusqu'à ce que le tube se trouve à environ 2,5 cm (1 pouce) de votre œil. Regardez vers le plafond en bougeant les yeux et non votre tête.
  8. Appliquez un ruban de pommade d'environ 1 cm de long le long de la paupière inférieure. Assurez-vous que la pointe du tube d'onguent ne touche à aucune surface, notamment vos paupières, vos cils et vos doigts. Vous n'avez pas à appliquer l'onguent sur toute la partie interne de la paupière inférieure. Suivez les directives de votre médecin ou de votre pharmacien.
  9. Détachez le ruban de pommade du tube en faisant tourner votre poignet.
  10. Relâchez délicatement la paupière inférieure.
  11. Fermez les yeux délicatement pendant une minute ou deux. Faites rouler vos yeux dans toutes les directions pour que l'onguent recouvre toute la surface de l'œil.
  12. Si vous prenez plus d'une sorte d'onguent, attendez 10 minutes environ entre chaque application. Si vous utilisez à la fois des gouttes pour les yeux et de l'onguent oculaire, mettez le gouttes d'abord, attendez 5 minutes et appliquez ensuite l'onguent.
  13. Utilisez un mouchoir doux et propre pour essuyer tout excédent d'onguent autour de l'œil.
  14. Utilisez un autre mouchoir afin d'essuyer le bouchon du tube d'onguent.
  15. Replacez le bouchon fermement pour empêcher que l'onguent ne s'assèche.
  16. Lavez-vous soigneusement les mains.
  17. Votre vue pourrait être brouillée pendant quelques instants après l'application de l'onguent. Évitez de conduire ou d'utiliser de la machinerie avant que votre vue ne soit revenue à la normale.

*Plusieurs médicaments viennent sous la forme d'onguent oculaire. Ces renseignements sont offerts à titre d'information générale sur l'utilisation des onguents oculaires. Les directives peuvent varier selon les produits utilisés. Si ces instructions diffèrent de celles qui vous ont été données par le médecin ou par le pharmacien, vérifiez avec lui la façon exacte dont vous devriez utiliser le produit. Consultez votre médecin ou votre pharmacien pour tout renseignement particulier concernant votre médicament.

Comment utiliser un inhalateur Diskus®*

L'inhalateur Diskus® est un appareil d'inhalation en plastique conçu pour vous aider à inhaler votre médicament. Il contient une languette de papier d'aluminium avec des ampoules contenant des médicaments. Chaque ampoule contient une dose de médicament. On peut l'utiliser en suivant 4 étapes faciles :

  1. Ouverture : pour ouvrir l'inhalateur Diskus®, tenez le boîtier externe dans une main et placez le pouce de l'autre main sur la prise de pouce. Éloignez la prise de pouce de vous aussi loin qu'elle voudra aller. Quand vous sortirez l'inhalateur Diskus® de son emballage la première fois, il se trouvera en position fermée.
     
  2. Coulisse : tenez l'inhalateur Diskus® pour que l'embouchure se trouve face à vous. Faites glisser la coulisse aussi loin de vous qu'il voudra aller, jusqu'à ce qu'il fasse un déclic. Votre inhalateur Diskus® est maintenant prêt à utiliser. Chaque fois que vous ferez glisser la coulisse, une dose sera prête à inhaler. On peut le voir sur le compteur de doses. N'actionnez pas inutilement le levier pour éviter de gaspiller des doses à chaque fois.
     
  3. Inhalation : avant de commencer l'inhalation de la dose, lisez cette section entièrement et attentivement.
    1. Tenez l'inhalateur Diskus® loin de votre bouche.
    2. Expirez autant d'air que vous le pouvez. Souvenez-vous de ne pas souffler dans votre inhalateur Diskus®.
    3. Placez l'embouchure entre vos lèvres.
    4. Respirez régulièrement et profondément par l'inhalateur Diskus®, pas par le nez.
    5. Retirez l'inhalateur Diskus® de votre bouche.
    6. Retenez votre souffle pendant environ 10 secondes ou aussi longtemps qu'il vous sera confortable de le faire.
    7. Expirez lentement.
       
  4. Fermeture : pour refermer l'inhalateur Diskus®, placez votre pouce sur la prise de pouce et faites-la glisser vers vous aussi loin qu'elle voudra aller. Quand vous refermerez l'inhalateur Diskus®, vous entendrez un déclic. La coulisse retourne automatiquement à sa position initiale. Votre inhalateur Diskus® est maintenant prêt à servir de nouveau.
     
  5. Rincez-vous la bouche : si vous utilisez un Diskus® qui contient un médicament corticostéroïde, rincez-vous la bouche et gargarisez-vous avec de l'eau, puis crachez celle-ci. Cette mesure n'est pas nécessaire si vous utilisez un Diskus® qui contient un bronchodilatateur. Si vous ignorez si votre Diskus®  contient un corticostéroïde ou un bronchodilatateur, demandez-le à votre pharmacien.

Deuxième dose (seulement sur recommandation du médecin) : si votre médecin vous a dit de prendre 2 inhalations (doses), refermez l'inhalateur Diskus® et répétez les étapes 1 à 5. Si vous utilisez un Diskus® qui contient un médicament corticostéroïde, vous ne devez vous rincer la bouche qu'après la deuxième dose. L'inhalateur Diskus® contient un compteur de doses qui vous dit combien il reste de doses à l'intérieur. Il commence à 28 ou 60 et se rend à 1. Pour vous indiquer qu'il reste 5 doses ou moins, ces chiffres sont écrits en rouge.

Comment faire l'entretien de l'inhalateur Diskus®

  • Conservez l'inhalateur Diskus® au sec.
  • Conservez l'inhalateur Diskus® en position fermée entre deux utilisations.
  • Ne soufflez jamais dans l'inhalateur Diskus®.
  • N'activez la coulisse que lorsque vous êtes prêt à inhaler une dose.
  • Quand le nombre 5 en rouge apparaît dans le compteur de doses, il est temps de vous procurer un nouvel inhalateur Diskus®.

*Différents médicaments sont vendus sous forme d'inhalateur Diskus®. Ces renseignements vous sont offerts à titre de directives générales pour l'utilisation d'un inhalateur Diskus®. Les directives peuvent varier selon les produits utilisés. Si ces instructions diffèrent de celles qui vous ont été données par le médecin ou par le pharmacien, vérifiez avec lui la façon exacte dont vous devriez utiliser le produit. Consultez votre médecin ou votre pharmacien pour tout renseignement particulier concernant votre médicament.

Mode d'emploi du dispositif d'inhalation HandiHaler®*

  1. lavez-vous bien les mains, puis séchez-les complètement;
  2. ouvrez le dispositif HandiHaler® en appuyant sur le bouton situé sur le côté et soulevez le capuchon qui protège l'embout buccal. Ouvrez l'embout buccal en poussant en arrière l'arête qui repose sur la base;
  3. retirez 1 capsule de la plaquette alvéolée. Gardez les capsules dans la plaquette alvéolée jusqu'au moment de les employer. N'avalez pas les capsules destinées au dispositif d'inhalation;
  4. placez la capsule de médicament dans la cavité située au centre de la chambre du dispositif HandiHaler®. Il importe peu quelle extrémité vous placez en premier dans la cavité;
  5. refermez l'embout buccal, vous entendrez un déclic;
  6. appuyez 1 fois sur le bouton situé sur le côté en l'enfonçant complètement. La perforation de la capsule s'ensuivra et le médicament sera prêt à être inhalé. Veillez à maintenir le dispositif bien droit quand vous appuyez sur le bouton;
  7. expirez à fond, mettez l'embout buccal dans votre bouche, et serrez bien les lèvres autour de l'embout. Faites attention à ne pas respirer dans l'embout buccal;
  8. tenez votre tête bien droite et le dispositif HandiHaler® en position horizontale tandis que vous inspirez lentement et aussi profondément que vous le pouvez. Vous devriez entendre ou sentir la capsule vibrer dans le dispositif;
  9. retirez le dispositif HandiHaler® de votre bouche et retenez votre haleine pendant aussi longtemps que vous le pouvez. Vous pouvez ensuite respirer de nouveau normalement;
  10. répétez les étapes 7, 8 et 9, si vous craignez de ne pas avoir inhalé une dose de médicament suffisante. N'appuyez pas de nouveau sur le bouton situé sur le côté;
  11. ouvrez l'embout buccal de nouveau après avoir inhalé votre dose de médicament, et jetez la capsule vide. Refermez l'embout buccal puis son capuchon protecteur;
  12. avalez une gorgée d'eau pour soulager l'irritation de votre gorge au besoin.

Comment entretenir le dispositif d'inhalation HandiHaler® :

  • ouvrez le capuchon et l'embout buccal pour pouvoir procéder au nettoyage. Ouvrez ensuite la base en soulevant le bouton situé sur le côté. Enlevez toute la poudre et tous les fragments de capsule qui se seraient accumulés dans le dispositif, et surtout dans la chambre où vous avez placé la capsule auparavant. Rincez le dispositif d'inhalation HandiHaler® uniquement avec de l'eau tiède. Laissez-le sécher à l'air pendant 24 heures;
  • nettoyez le dispositif HandiHaler® au moins 1 fois par mois, ou plus souvent si nécessaire. Quand vous décidez que le moment est venu de nettoyer votre dispositif HandiHaler®, faites-le immédiatement après l'avoir employé afin qu'il ait le temps de sécher à l'air avant l'inhalation de votre prochaine dose;
  • ne conservez pas de capsules dans le dispositif. N'insérez une capsule dans le dispositif HandiHaler® que lorsque vous êtes sur le point d'inhaler le médicament.

*Ces explications sont fournies dans l'intention de vous procurer des renseignements généraux sur l'emploi du dispositif HandiHaler®. Les directives peuvent varier selon les produits utilisés. Si ces instructions diffèrent de celles qui vous ont été données par le médecin ou par le pharmacien, vérifiez avec lui la façon exacte dont vous devriez utiliser le produit. Consultez votre médecin ou votre pharmacien pour tout renseignement particulier concernant votre médicament.

Comment utiliser un inhalateur à aérosol*

L'inhalateur à aérosol est conçu pour vous aider à inhaler vos médicaments jusque dans vos poumons. Il est composé d'une bonbonne métallique qui contient le médicament, entouré d'une embouchure en plastique.

  1. Retirez le bouchon de l'inhalateur.
  2. Assurez-vous que rien ne se trouve à l'intérieur de l'embouchure de l'inhalateur.
  3. Agitez bien, mais délicatement l'inhalateur (bien que la plupart des inhalateurs doivent être agités avant leur usage, cela n'est pas nécessaire pour certains – vérifiez auprès de votre pharmacien).
  4. Expirez l'air de vos poumons le plus profondément possible.
  5. Basculez la tête vers l'arrière. Placez l'embouchure dans votre bouche entre les dents et refermez les lèvres autour de celle-ci (ne la mordez pas). Pour permettre au médicament de pénétrer dans vos poumons, gardez les dents séparées et la langue bien à plat sur le plancher buccal. Inspirez lentement et profondément par la bouche en enfonçant la bonbonne dans l'embouchure.
  6. Retenez votre souffle pendant 10 secondes ou aussi longtemps que vous le pourrez et ensuite, expirez lentement par le nez.
  7. Si vous inhalez plus d'une bouffée, attendez environ une demi-minute avant de recommencer les étapes 2 à 6.
  8. Replacez le bouchon sur l'inhalateur.
  9. Pour tous les inhalateurs qui dispersent des corticostéroïdes, rincez-vous la bouche à l'eau. Cette mesure n'est pas nécessaire pour les inhalateurs qui émettent des bronchodilatateurs. Si vous ignorez si votre inhalateur contient un corticostéroïde ou un bronchodilatateur, demandez-le à votre pharmacien. 

L'entretien de votre inhalateur

Il est nécessaire de laver l'embout buccal de la plupart des inhalateurs deux fois par semaine. Retirez l'embouchure de plastique de la bonbonne métallique et lavez l'embouchure à l'eau tiède. Laissez l'embouchure sécher toute la nuit et replacez la bonbonne dans l'embouchure. Veuillez prendre note que les fabricants de certains produits recommandent que vous nettoyiez l'embouchure chaque semaine à l'aide d'un papier-mouchoir sec et que vous évitiez de laver votre inhalateur à l'eau ou avec un autre genre de liquide. Demandez à votre pharmacien quelles directives s'appliquent à votre inhalateur.

Comment vous assurer d'utiliser l'inhalateur correctement

De temps en temps, observez votre technique devant un miroir. Observez si une nuée s'échappe dans l'air lorsque vous utilisez l'inhalateur. Ça signifie qu'une partie du médicament se perd. Assurez-vous de bien refermer vos lèvres autour de l'embouchure et que vous inhalez au même moment ou vous enfoncez la bonbonne. N'hésitez pas à demander conseil à votre pharmacien pour bien utiliser votre inhalateur.

* Différents médicaments viennent sous forme d'inhalateur à aérosol. Ces renseignements sont offerts à titre d'information générale sur l'utilisation de l'inhalateur à aérosol. Les directives peuvent varier selon les produits utilisés. Si ces instructions diffèrent de celles qui vous ont été données par le médecin ou par le pharmacien, vérifiez avec lui la façon exacte dont vous devriez utiliser le produit. Consultez votre médecin ou votre pharmacien pour tout renseignement particulier concernant votre médicament.

Comment utiliser un vaporisateur nasal*

  1. Mouchez-vous doucement.
  2. Lavez-vous bien les mains à l'eau et au savon.
  3. Retirez l'emballage de la pompe du vaporisateur nasal.
  4. Il est nécessaire d'amorcer certains vaporisateurs nasaux avant de les utiliser. De plus, certains vaporisateurs nasaux doivent être agités. Demandez à votre pharmacien si vous devez amorcer ou agiter votre vaporisateur nasal. Si vous devez amorcer votre vaporisateur nasal avant de l'utiliser, vaporisez dans l'air à quelques reprises (sans exposer vos yeux à la vaporisation).
  5. Fermez une narine et gardez la tête droite et non penchée vers l'arrière.
  6. Insérez l'embout du vaporisateur nasal dans l'autre narine. Gardez la bouteille pointée vers le haut et pointez l'embout vers l'arrière de la paroi extérieure du nez.
  7. Vaporisez le nombre de fois requis dans la narine. N'oubliez pas d'inspirer lentement par le nez pendant que vous appuyez sur l'applicateur et d'expirer par la bouche après chaque vaporisation.
  8. Retirez l'embout du vaporisateur nasal de votre nez et basculez la tête vers l'arrière.
  9. Au besoin, répétez les étapes 5 à 8 dans l'autre narine, conformément aux directives de votre médecin ou de votre pharmacien.
  10. Replacez le bouchon sur le contenant du vaporisateur nasal.
  11. Essayez de ne pas vous moucher pendant plusieurs minutes après avoir utilisé le vaporisateur nasal.

*Différents médicaments sont vendus sous forme de vaporisateur nasal. Ces renseignements vous sont offerts à titre de directives générales pour l'utilisation d'un vaporisateur nasal. Les directives peuvent varier selon les produits utilisés. Si ces instructions diffèrent de celles qui vous ont été données par le médecin ou par le pharmacien, vérifiez avec lui la façon exacte dont vous devriez utiliser le produit. Consultez votre médecin ou votre pharmacien pour tout renseignement particulier concernant votre médicament.

Comment utiliser un timbre cutané*

Un timbre cutané sert à administrer un médicament aux vaisseaux sanguins à travers la peau. Il permet un apport continu de médicament à l'organisme.

  1. Trouvez un emplacement approprié pour le timbre :
    • choisissez un endroit sec, sans lésion et sans poils de la peau. La fesse, le bas de l'abdomen, le bas du dos et le triceps sont d'excellents choix. Si la région que vous avez choisie est poilue, coupez (ne rasez pas) les poils au ras la peau avec des ciseaux. Les femmes qui utilisent un timbre contentant un œstrogène (comme l'estradiol-17β, que l'on retrouve dans Climara® ou Estraderm®) ou de la nicotine (comme Nicoderm® ou Habitrol®) ne doivent pas l'appliquer sur leur poitrine;
    • assurez-vous que la région est propre. En présence d'huile ou de poudre (provenant des produits de bain, par exemple), le timbre pourrait ne pas coller adéquatement;
    • ne placez pas le timbre sur de la peau brûlée, coupée, irritée ou endommagée de quelque façon que ce soit. Si vous devez nettoyer la peau avant d'appliquer le timbre, lavez-la à l'eau claire seulement. Le savon, les huiles, les lotions, l'alcool ou les autres produits peuvent irriter la peau sous le timbre.
  1. Apposez le timbre sur la peau :
    • retirez le timbre de son emballage. Ne le retirez que lorsque vous êtes prêt à l'utiliser;
    • une doublure protectrice couvre la face adhésive du timbre, la face qui sera appliquée contre votre épiderme. Tenez la doublure par l'extrémité et tirez sur le timbre pour la décoller. Essayez de ne pas toucher la face adhésive du timbre. Jetez la doublure;
    • apposez la face adhésive du timbre sur la peau de la région choisie;
    • appuyez fermement sur le timbre avec la paume de votre main pendant environ 30 secondes. Assurez-vous que le timbre est bien collé à votre peau, surtout le long des arêtes. Si le timbre ne colle pas bien ou se décolle après la pose, collez-en le pourtour avec du diachylon;
    • lavez-vous les mains après avoir collé votre timbre.
  1. Portez le timbre durant le délai prescrit :
    • vérifiez auprès de votre médecin ou de votre pharmacien à quelle fréquence votre timbre doit être remplacé. Certains timbres ont des étiquettes spéciales qui vous aident à savoir quand vient le moment de la remplacer;
    • le contact avec l'eau lors du bain, de la natation ou de la douche ne devrait pas affecter le timbre. L'eau très chaude peut parfois décoller le timbre. Si jamais le timbre devait tomber, il faudrait en appliquer un nouveau pour le reste de la durée prévue du traitement (tel que conseillé par votre médecin);
    • si vos timbres tombent régulièrement, ce pourrait être parce que vous utilisez de l'huile de bain, des savons riches en crème ou des émollients avant d'appliquer le timbre. Les timbres collent mieux si vous évitez d'utiliser ces produits. Si vous désirez utiliser des émollients, apposez d'abord le timbre, et ensuite, appliquez de la lotion aux endroits non recouverts d'un timbre;
    • certains timbres ne devraient pas être exposés à la chaleur pendant que vous les portez, car le débit d'absorption du médicament augmente. Consultez votre médecin ou votre pharmacien pour savoir si votre timbre peut ou non être exposé à la chaleur.
  1. Après avoir porté un timbre durant la période indiquée, retirez-le et jetez-le :
    • assurez-vous de jeter votre timbre de façon à ce qu'il soit hors de la portée des enfants et des animaux (par ex. en repliant la surface adhésive sur elle-même, puis en le jetant dans la toilette). L'adhésif et le résidu de médicament qu'il contient pourraient blesser sérieusement un enfant ou un animal;
    • le résidu d'adhésif provenant du timbre peut être facilement retiré de votre peau en frottant.
  1. Application d'un nouveau timbre :
    • répétez les étapes 1 à 4 pour le nouveau timbre. Le nouveau timbre devrait être placé à un endroit différent. Consultez votre médecin ou votre pharmacien pour savoir combien de temps vous devrez attendre avant de réutiliser le même emplacement. Avant d'appliquer le nouveau timbre, assurez-vous d'avoir retiré le précédent.

L'entretien du timbre

  • Rangez le timbre dans son emballage à une température ne dépassant pas les 30 °C.
  • Appliquez le timbre immédiatement après l'avoir retiré de son emballage protecteur.
  • Conservez le timbre hors de la portée des enfants et des animaux avant et après son utilisation.
  • Ne coupez pas le timbre en deux. Ceci provoquerait une fuite de médicament, qui serait dangereuse (vous pourriez recevoir une trop grande quantité de médicament) et nuirait au bon fonctionnement du timbre. Si pour quelque raison que ce soit le timbre est percé et que son contenu s'échappe sur vos mains, rincez-les à fond avec de l'eau.

*Différents médicaments sont vendus sous forme de timbre cutané. Ces renseignements vous sont offerts à titre de directives générales pour l'utilisation d'un timbre cutané. Les directives peuvent varier selon les produits utilisés. Si ces instructions diffèrent de celles qui vous ont été données par le médecin ou par le pharmacien, vérifiez avec lui la façon exacte dont vous devriez utiliser le produit. Consultez votre médecin ou votre pharmacien pour obtenir des renseignements précis sur votre médicament particulier, comme la fréquence des changements ou pour savoir si vous devez retirer le timbre pour pratiquer certaines activités comme l'exercice physique.

Comment utiliser un inhalateur Rotahaler®*

  1. Retirez l'inhalateur Rotahaler® de son emballage.
  2. Tenez l'inhalateur Rotahaler® par l'embouchure. Faites pivoter le barillet dans un sens ou dans l'autre jusqu'à ce qu'il s'arrête.
  3. Sortez une capsule Rotacap® de son contenant. Tenez l'inhalateur Rotahaler® droit et enfoncez la capsule Rotacap® fermement, le bout transparent en premier, dans l'orifice carré saillant. Assurez-vous que la capsule est de niveau (à la verticale) avec le dessus de l'orifice. Vous enfoncerez ainsi la capsule Rotacap® utilisée, s'il y en a déjà une, dans l'inhalateur Rotahaler®.
  4. Tenez l'inhalateur Rotahaler®à niveau (à l'horizontale) avec le dessus du point blanc. Faites pivoter le barillet jusqu'à ce qu'il s'arrête. Vous séparerez ainsi la capsule Rotacap® en deux. L'inhalateur Rotahaler® est prêt à utiliser.
  5. Expirez lentement et complètement, puis...
  6. ... levez immédiatement l'inhalateur Rotahaler®à la hauteur de votre bouche. Assurez-vous de le tenir bien au niveau. Placez l'embouchure par-dessus votre langue, à l'intérieur de votre bouche. Refermez vos lèvres autour de l'embouchure et basculez la tête légèrement vers l'arrière.
  7. Aspirez par la bouche aussi profondément et complètement que vous le pouvez.
  8. Retenez votre souffle pendant environ 10 secondes ou aussi longtemps qu'il vous sera confortable de le faire et retirez l'inhalateur Rotahaler® de votre bouche. Retenez votre souffle aussi longtemps que vous le pourrez avant d'expirer. 
  9. Séparez l'inhalateur Rotahaler® en deux et jetez les capsules Rotacap® vides. Pas besoin de retirer la capsule logée dans l'orifice carré, sauf pour le nettoyage.
  10. Réassemblez l'inhalateur Rotahaler®.
  11. Si votre médecin vous a demandé d'inhaler une deuxième capsule Rotacap®, répétez les étapes 2 à 10.
  12. Rincez votre bouche avec de l'eau.

L'entretien de l'inhalateur Rotahaler® :

  • Conservez toujours l'inhalateur Rotahaler® dans son emballage pour qu'il reste propre.
  • Au moins une fois toutes les deux semaines, lavez les deux moitiés de votre inhalateur Rotahaler®à l'eau tiède en vous assurant d'abord que la capsule Rotacap® vide a été retirée de l'orifice carré. Séchez l'inhalateur Rotahaler® complètement avant de le réassembler. 
  • Remplacez votre inhalateur Rotahaler® après six mois d'utilisation. Notez la date à laquelle vous avez acheté votre inhalateur Rotahaler® pour savoir quand vous devrez le remplacer.
  • Évitez d'avaler les capsules Rotacap®
  • Insérez les capsules Rotacap® dans l'inhalateur Rotahaler® immédiatement avant l'usage. 

*Divers médicaments sont vendus sous forme d'inhalateur Rotahaler®. Ces renseignements vous sont offerts à titre de directives générales pour l'utilisation d'un inhalateur Rotahaler®. Les directives peuvent varier selon les produits utilisés. Si ces instructions diffèrent de celles qui vous ont été données par le médecin ou par le pharmacien, vérifiez avec lui la façon exacte dont vous devriez utiliser le produit. Consultez votre médecin ou votre pharmacien pour tout renseignement particulier concernant votre médicament

Comment utiliser un inhalateur Spinhaler®*

  1. Lavez-vous bien les mains, puis séchez-les complètement.
  2. Ouvrez le sachet et poussez une capsule Spincap®à travers la pellicule métallique.
  3. Tenez l'inhalateur Spinhaler® droit avec l'embouchure pointée vers le bas et dévissez le corps.
  4. Vérifiez si l'hélice se trouve sur son axe et enfoncez fermement la capsule Spincap®(l'extrémité colorée vers le bas) dans la cavité de l'hélice. Assurez-vous que l'hélice tourne librement et revissez le corps fermement dans l'embouchure.
  5. Tout en tenant l'inhalateur Spinhaler® droit, faites glisser le manchon externe vers le bas aussi loin qu'il voudra aller et ramenez-le ensuite vers le haut. Cette manœuvre perce la capsule Spincap® et rend l'inhalateur Spinhaler® prêt pour l'utilisation. 
  6. Assurez-vous que l'embouchure et le corps de l'inhalateur Spinhaler® sont toujours fermement vissés l'un dans l'autre.
  7. Expirez, placez l'embouchure dans votre bouche et refermez les lèvres autour d'elle en les plaçant contre le rebord de l'inhalateur Spinhaler®.
  8. Basculez la tête vers l'arrière et inspirez aussi profondément que vous le pouvez.
  9. Retenez votre souffle aussi longtemps qu'il vous sera confortable de le faire et ensuite, retirez l'inhalateur Spinhaler® de votre bouche avant d'expirer.
  10. Répétez ce processus jusqu'à ce que la capsule Spincap® soit vide. Deux ou trois inhalations devraient suffire et ce n'est pas grave s'il reste une petite quantité de poudre.
  11. Si votre gorge est légèrement irritée après l'inhalation, buvez un peu d'eau.

L'entretien de l'inhalateur Spinhaler®

  • Conservez toujours votre inhalateur Spinhaler® dans son emballage. Vous vous assurerez ainsi qu'il restera propre. 
  • Pour de meilleurs résultats, il faut retirer tout résidu de poudre des pièces de l'inhalateur Spinhaler®. Au moins une fois la semaine, il est important d'enlever les résidus de poudre collés sur l'hélice à l'aide d'une brosse et de laver toutes les pièces de l'inhalateur Spinhaler®à l'eau tiède. Assurez-vous qu'elles sont sèches avant de les réassembler.

*Ces renseignements sont offerts à titre d'information générale sur l'utilisation de l'inhalateur Spinhaler®. Si ces instructions diffèrent de celles qui vous ont été données par le médecin ou par le pharmacien, vérifiez avec lui la façon exacte dont vous devriez utiliser le produit.

L'utilisation d'un suppositoire*

  1. Lavez-vous bien les mains à l'eau et au savon.
  2. Si le suppositoire semble trop mou pour être inséré, passez-le à l'eau froide (avant de le retirer de l'emballage) jusqu'à ce qu'il durcisse.
  3. Retirez complètement l'emballage de plastique ou métallique.
  4. Si vous le désirez, utilisez de l'eau fraîche ou de la gelée K-Y (ou tout autre lubrifiant à base d'eau) pour lubrifier le suppositoire et le rectum.
  5. Allongez-vous sur le côté, la jambe du dessous étendue et la jambe supérieure fléchie vers la poitrine. Enfoncez délicatement le suppositoire dans le rectum, le bout pointu en premier. Le suppositoire doit être enfoncé plus loin que le muscle du sphincter rectal (quelques centimètres suffisent), afin d'éviter qu'il ne ressorte. Rapprochez vos jambes et restez couché pendant environ 5 minutes. Si le médicament sert à traiter la constipation, vous devriez ressentir le besoin de déféquer en 15 à 60 minutes. Si vous ne l'utilisez pas pour la constipation, vous devez vous administrer le suppositoire au coucher pour permettre l'absorption complète du médicament. Vous constaterez possiblement la présence de quelques pertes le matin.
  6. Lavez bien vos mains à l'eau et au savon.

*Différents médicaments viennent sous forme de suppositoire. Ces renseignements sont offerts à titre d'information générale sur l'utilisation des suppositoires. Les directives peuvent varier selon les produits utilisés. Si ces instructions diffèrent de celles qui vous ont été données par le médecin ou par le pharmacien, vérifiez avec lui la façon exacte dont vous devriez utiliser le produit. Consultez votre médecin ou votre pharmacien pour tout renseignement particulier concernant votre médicament.

Comment utiliser l'inhalateur Turbuhaler®*

Il existe deux types d'inhalateur Turbuhaler® :

  1. Le médicament est inhalé vers les poumons par la bouche (par ex. Bricanyl®, Oxeze® et Pulmicort®).
  2. Le médicament est inhalé vers les poumons par le nez à l'aide d'un adaptateur nasal (par ex. Rhinocort®).

A. Instructions générales pour l'utilisation d'un Turbuhaler® permettant l'inhalation d'un médicament dans les poumons par l'entremise de la bouche.

  1. Dévissez le couvercle et enlevez-le.
  2. Chargez une dose en tenant l'inhalateur droit. Tournez la molette (partie colorée de la base) aussi loin qu'elle peut aller dans une direction, puis ramenez-la à sa position originale. Le déclic que vous entendez signifie que l'inhalateur est prêt pour l'utilisation. Gardez l'inhalateur en position droite jusqu'à ce que vous soyez prêt à inhaler votre dose. Si vous laissez échapper l'inhalateur ou s'il tombe, vous devrez répéter l'étape 2.
  3. Expirez normalement. Note : n'expirez jamais dans l'embouchure.
  4. Placez l'embouchure entre vos dents et refermez vos lèvres autour d'elle. Évitez de mâcher ou de mordre l'embouchure. Inhalez très fort et profondément par la bouche Il se peut que vous ne ressentiez pas la présence du médicament que vous inhalez ou que vous ne le goûtiez pas – cela se produit fréquemment. Demandez à votre médecin ou votre pharmacien comment savoir si votre médicament agit sur vous.
  5. Retirez l'inhalateur. Si votre médecin vous a conseillé plus d'une dose, répétez les étapes 2 à 4.
  6. Replacez le couvercle.
  7. Rincez-vous la bouche à l'eau (cela s'applique à un Turbuhaler® contenant un médicament stéroïdien; si vous ignorez si votre Turbuhaler® contient un médicament stéroïdien, demandez-le à votre pharmacien).

B.  Instructions générales pour un Turbuhaler® permettant l'inhalation du médicament par le nez en utilisant un adaptateur nasal.

  1. Dévissez le couvercle et enlevez-le.
  2. Chargez une dose en tenant l'inhalateur droit. Tournez la molette (partie colorée de la base) aussi loin qu'elle peut aller dans une direction, puis ramenez-la à sa position originale. Lorsque vous entendrez un déclic, l'inhalateur sera prêt à utiliser. Gardez l'inhalateur en position droite jusqu'à ce que vous soyez prêt à inhaler votre dose. Si vous laissez échapper l'inhalateur ou s'il tombe avant que vous ayez inhalé la dose, vous devez répéter l'étape 2.
  3. Expirez normalement. Note : n'expirez jamais dans l'adaptateur nasal.
  4. Placez l'adaptateur nasal dans votre narine pour qu'elle y soit serrée. Bloquez l'autre narine avec votre doigt. Reniflez rapidement et à fond.
  5. Enlevez l'inhalateur avant d'expirer. Si vous utilisez une dose dans chaque narine, répétez les étapes 2 à 4 pour l'autre narine.
  6. Si votre médecin vous a conseillé plus d'une dose, répétez les étapes 2 à 5.
  7. Replacez le couvercle.
  8. Rincez votre bouche avec de l'eau.

L'entretien de l'inhalateur Turbuhaler®

Nettoyez l'extérieur de l'embouchure ou de l'adaptateur nasal une fois par semaine avec un mouchoir sec. N'utilisez jamais de l'eau ni un autre liquide. Si du liquide pénètre dans l'inhalateur, il ne fonctionnera pas convenablement.

Que faire si j'échappe l'inhalateur Turbuhaler®?

Si vous échappez accidentellement, secouez ou soufflez dans l'inhalateur lorsqu'il est chargé, vous perdrez votre dose. Si ça se produit, chargez une nouvelle dose et inhalez-la. 

Comment savoir quand l'inhalateur Turbuhaler® est vide?

Il y a 2 types d'indicateurs qui montrent quand il reste peu de doses dans le Turbuhaler® :

  • Type 1 : ce Turbuhaler® possède un indicateur de dose qui bouge lentement à chaque fois que vous l'utilisez. Un nombre indique chaque 20e dose et un tiret indique chaque 10e dose. Lorsque vous voyez un « 0 » dans le milieu de la fenêtre, le Turbuhaler® est vide et vous devez commencer à utiliser un nouvel inhalateur. Vous devez vous procurer votre prochain inhalateur avant que l'indicateur de dose atteigne le « 0 » pour vous assurer de ne manquer aucune dose de votre médicament. Le Turbuhaler® vide doit être jeté car on ne peut le remplir.
  • Type 2 : ce type de Turbuhaler® possède un indicateur de dose. Quand une marque rouge apparaît dans la fenêtre qui se trouve sous l'embouchure, il contient encore 20 doses. Il est alors temps de vous procurer un nouvel inhalateur pour être prêt quand celui-ci sera complètement vide. Lorsque la ligne rouge atteint le bas de la fenêtre, l'inhalateur Turbuhaler® est vide. Il doit être jeté parce qu'il ne peut être rempli.

*Différents médicaments viennent sous forme d'inhalateur Turbuhaler®. Ces renseignements sont offerts à titre d'information générale sur l'utilisation de l'inhalateur Turbuhaler®. Les directives peuvent varier selon les produits utilisés. Si ces instructions diffèrent de celles qui vous ont été données par le médecin ou par le pharmacien, vérifiez avec lui la façon exacte dont vous devriez utiliser le produit. Consultez votre médecin ou votre pharmacien pour tout renseignement particulier concernant votre médicament.

À prendre avec de la nourriture

Certains médicaments doivent être pris avec de la nourriture. Selon le médicament, il existe différentes raisons :

  • le médicament est mieux absorbé dans l'organisme s'il y a de la nourriture dans l'estomac (par ex. le calcium, le nelfinavir, la sertraline);
  • le médicament peut causer des irritations gastriques et la présence de nourriture dans l'estomac aide à prévenir le problème (par ex. la dexaméthasone, le diclofénac, la carbamazépine);
  • le médicament aide le corps à digérer les aliments ingérés (par ex. les enzymes d'origine pancréatique, la lactase).

D'autres médicaments non mentionnés ici doivent aussi se prendre avec de la nourriture. En cas de doute, vérifiez auprès de votre pharmacien. Si votre médicament doit se prendre avec des aliments, prenez-le avec ou après un repas ou une copieuse collation. Pour certains médicaments, il suffit de boire un verre de lait. Demandez à votre pharmacien quelles sont les directives particulières à votre médicament.

À prendre l'estomac vide

Certains médicaments doivent être pris l'estomac vide, car la présence de nourriture empêche leur absorption.

Les médicaments qui se prennent l'estomac vide sont, notamment :

  • l'ampicilline;
  • le bisacodyl;
  • la cloxacilline;
  • la didanosine;
  • l'étidronate;
  • le risédronate;
  • le sotalol;
  • le sucralfate;
  • la tétracycline;
  • le zafirlukast.

D'autres médicaments non mentionnés ici doivent aussi se prendre l'estomac vide. En cas de doute, vérifiez auprès de votre pharmacien. Si vous devez prendre un médicament l'estomac vide, prenez-le 2 heures avant les repas ou 2 heures après l'ingestion d'aliments, avec un verre rempli d'eau ou d'autres liquides. Dans certains cas, le lait doit être évité tout comme la nourriture. Vérifiez avec le pharmacien si tel est le cas avec votre médicament.

Ne pas prendre avec des produits laitiers, des antiacides ou des préparations contenant du fer

Les produits laitiers, les antiacides et les préparations contenant du fer interfèrent avec l'absorption de certains médicaments et peuvent, par conséquent, diminuer leur efficacité. Voici les médicaments dont l'absorption peut être influencée par les produits en question :

  • certains antibiotiques (par ex. la tétracycline, la ciprofloxacine, la norfloxacine);
  • certains médicaments utilisés dans le traitement de l'ostéoporose (par ex. l'alendronate, l'étidronate, le risédronate).

D'autres médicaments non mentionnés ici peuvent aussi interagir avec les produits laitiers, le fer et les antiacides. Vérifiez auprès de votre pharmacien pour savoir si cela s'applique à votre médicament. Dans ce cas, évitez de prendre ou de manger les produits suivants au cours des deux heures qui précèdent ou qui suivent la prise de votre médicament (pour certains médicaments, il se peut qu'on vous recommande un échéancier différent – vérifiez auprès de votre pharmacien) :

  • les produits laitiers (lait, fromage, yogourt, crème glacée, beurre) : une grande quantité de calcium se trouve dans ces produits et peut réagir avec certains médicaments, prévenant leur absorption dans l'organisme;
  • les suppléments de calcium : on trouve du calcium dans des multivitamines, des médicaments en vente libre ou des médicaments d'ordonnance (par ex. le carbonate de calcium, le gluconate de calcium, le citrate de calcium). Le calcium peut réagir avec certains médicaments et prévenir leur absorption dans l'organisme;
  • les produits contenant du fer : on trouve du fer dans des multivitamines, des médicaments en vente libre ou des médicaments d'ordonnance (par ex. le sulfate ferreux, le gluconate ferreux, le fumarate ferreux). Comme le calcium, le fer peut réagir avec certains médicaments et prévenir leur absorption dans l'organisme;
  • les antiacides : ces produits renferment souvent du calcium, de l'aluminium ou du magnésium. N'importe lequel de ces éléments peut réagir avec des médicaments et prévenir leur absorption dans l'organisme.

Risque de somnolence

La somnolence, ou le besoin anormal de sommeil, est un effet secondaire courant d'un grand nombre de médicaments. La somnolence peut réduire votre capacité à conduire, à faire fonctionner des machines ou à exécuter toute autre activité nécessitant de la vigilance. Certaines personnes en sont plus touchées que d'autres.

Voici les types de médicaments pouvant entraîner de la somnolence :

  • les narcotiques utilisés dans le soulagement de la douleur (par ex. la codéine, la morphine);
  • certains médicaments contre l'anxiété (par ex. le diazépam, le lorazépam, l'alprazolam);
  • certains antidépresseurs (par ex. l'amitriptyline, la fluvoxamine);
  • certains antihistaminiques, qui entrent dans la composition de plusieurs médicaments contre le rhume et les allergies (par ex. la diphenhydramine, la chlorphéniramine). Les antihistaminiques plus récents (par ex. la loratadine, la fexofénadine) risquent moins de provoquer de la somnolence, bien que certaines personnes puissent encore se sentir endormies.
  • certains antinauséeux (par ex. le dimenhydrinate).

Certains médicaments non mentionnés ci-dessus peuvent aussi provoquer de la somnolence. En cas de doute, vérifiez auprès de votre pharmacien.

Si vous commencez à prendre un médicament qui risque de causer de la somnolence, il est important d'éviter les activités qui nécessitent de la vigilance, comme conduire une automobile, jusqu'à ce que vous connaissiez les effets du médicament sur vous. La consommation d'alcool peut renforcer les effets du médicament et accentuer la somnolence. Ainsi, certaines personnes qui, normalement, n'éprouvent pas de somnolence après la prise du médicament pourraient se sentir endormies si elles prennent ce médicament et de l'alcool en même temps.

À prendre avec beaucoup d'eau

Certains médicaments doivent se prendre avec beaucoup d'eau. Selon le médicament, il existe différentes raisons :

  • le médicament peut entraîner une déshydratation (par ex. le lithium);
  • le médicament pourrait endommager les reins ou provoquer la formation de calculs rénaux si une trop grande quantité parvient au rein en même temps (par ex. le cotrimoxazole, l'indinavir). L'eau aide donc à « diluer » la quantité de médicament en excès pour que les reins n'en reçoivent pas une trop grande quantité d'un seul coup.

En général, on devrait prendre tous les médicaments avec un verre d'eau plein, sauf si vous avez reçu d'autres recommandations de votre médecin ou votre pharmacien. Si les instructions vous demandent de prendre votre médicament « avec beaucoup d'eau », vous devrez peut-être boire plus d'un verre d'eau avec votre médicament. Cela varie selon le médicament, mais peut représenter autant que 8 tasses par jour comme on le recommande pour l'indinavir. Demandez à votre pharmacien combien vous devez boire d'eau avec votre médicament.

Il est aussi important de boire suffisamment d'eau pendant toute la journée pour éviter la déshydratation. Les besoins en eau de chaque personne sont différents. Si vous produisez environ 1,5 litre (6 tasses) d'urine incolore ou jaune pâle par jour et que vous avez rarement soif, il est probable que vous buvez suffisamment de liquides.

Éprouvez-vous parfois des problèmes avec vos médicaments?

Beaucoup de personnes éprouvent des problèmes avec leurs médicaments. Certains de ces problèmes sont incommodants alors que d'autres peuvent représenter un risque pour votre santé. Voyez si vous courez un risque et ce que vous pouvez faire pour éviter ces problèmes liés à vos médicaments.

Posez-vous les questions suivantes :

  • Oubliez-vous parfois de prendre vos médicaments?
  • Êtes-vous incertain du rôle de vos médicaments?
  • Finissez-vous parfois vos médicaments avant d'avoir eu le temps de les renouveler?
  • Avez-vous de la difficulté à avaler des comprimés?
  • Avez-vous de la difficulté à ouvrir les contenants de médicaments?
  • Trouvez-vous que prendre vos médicaments est peu pratique?
  • Êtes-vous inquiet des effets secondaires de vos médicaments et des mesures à prendre s'ils surviennent?
  • Prenez-vous de nombreux médicaments différents (5 ou plus)?
  • Souffrez-vous de trois ou plus problèmes de santé pour lesquels vous prenez des médicaments?
  • Vous rendez-vous à plus d'une pharmacie pour vous procurer vos médicaments sur ordonnance?

Si vous avez répondu « oui » à au moins une de ces questions, vous pourriez éprouver des problèmes avec vos prises de médicaments. Discutez avec votre pharmacien des questions auxquelles vous avez répondu « oui ». Il pourra déterminer s'il existe d'autres problèmes et vous suggérera des solutions.

Si vous avez répondu « non » à toutes les questions, vos risques sont faibles pour ce qui est des problèmes de prise de médicaments. Toutefois, posez au pharmacien toute question que vous pouvez avoir au sujet de vos médicaments ou mentionnez-lui les symptômes qui vous préoccupent. Votre pharmacien peut vous fournir de plus amples renseignements et vous aider à résoudre des problèmes qui peuvent survenir ultérieurement.

Pourquoi est-ce si important de prendre mes médicaments?

Prendre ses médicaments exactement de la façon indiquée n'est pas toujours aussi simple que ça peut sembler. En réalité, ça peut devenir pas mal compliqué parfois. Plusieurs facteurs vous rendront plus ou moins prêt à prendre vos médicaments. Parmi ces facteurs, on retrouve :

  • la facilité avec laquelle le médicament peut être pris;
  • le nombre de doses de médicament que vous devez prendre chaque jour;
  • votre perception des avantages du médicament;
  • votre perception des risques d'omettre de prendre le médicament;
  • les risques associés au médicament, comme les effets secondaires;
  • le nombre total de comprimés que vous devez prendre chaque jour;
  • votre perception de l'efficacité du médicament;
  • le prix du médicament.

Ce ne sont là que quelques exemples. Ils ne s'appliquent peut-être pas tous à vous, mais ils entrent en ligne de compte quand vous décidez de prendre ou non vos médicaments. Même si vous décidez de prendre un médicament, ce n'est pas toujours facile de vous souvenir de le prendre. Après tout, nous avons une mémoire d'être humain, pas d'éléphant : nous oublions parfois de le prendre. Et insérer la prise de médicaments dans notre routine quotidienne au même titre que se brosser les dents, prendre une douche ou prendre un repas peut parfois présenter des défis.

Par contre, prendre ses médicaments tel qu'indiqué demeure important. La bonne utilisation de vos médicaments vous permettra de :

  • profiter de tous les avantages du médicament. Si vous ne prenez que la moitié de la dose de médicaments recommandée, vous n'obtiendrez pas les mêmes résultats qu'avec la dose suggérée par le médecin;
  • éviter les effets secondaires indésirables. Si vous prenez plus de médicament que conseillé pour obtenir plus de résultats, vous augmentez vos risques d'effets secondaires. Et vous pourriez ne pas obtenir plus de résultats;
  • éviter les conflits entre médicaments. Certains médicaments ne doivent pas être consommés ensemble. Si c'est le cas, les effets d'un ou l'autre des médicaments peuvent être multipliés ou annulés, ce qui peut entraîner des problèmes.

Parler à votre pharmacien : les questions à poser

La conversation avec votre pharmacien doit être un échange : les deux parties doivent écouter, poser des questions et donner de l'information. Le pharmacien doit vous demander des renseignements pertinents sur vos antécédents médicaux, vous informer sur les médicaments et répondre à vos questions. Vous devez vous informer auprès du pharmacien, lui expliquer vos préoccupations et lui donner les renseignements nécessaires sur votre santé.

Vous devriez choisir votre pharmacien avec le même soin que votre médecin. Trouvez un pharmacien avec lequel vous vous sentez à l'aise de parler et un qui prend le temps de vous aider avec vos médicaments. Pour tirer le meilleur de votre visite, assurez-vous de lui demander :

Comment s'appelle le médicament?

Chaque médicament porte deux noms : son nom générique (ou commun) et son nom de marque. Le nom de marque est le nom sous lequel un fabricant vend un produit (par ex. Tylenol®). Le nom générique est le nom du médicament dans la langue courante (par ex. acétaminophène). L'étiquette apposée sur votre médicament portera le nom de marque ou le nom générique, ou les deux. Lorsqu'un médicament est commercialisé par plus d'un fabricant, le nom générique reste le même, seul le nom de marque change. Un médicament peut porter différents noms de marque dans différents pays, mais le nom commun sera habituellement le même.

Qu'est-ce que ce médicament doit faire?

Certains médicaments, comme les antibiotiques, servent à soigner une maladie. D'autres, comme les analgésiques, servent à en contrôler les symptômes. Il est bon de savoir à quoi vous attendre de vos médicaments pour avoir une idée réaliste de leur utilité.

Comment dois-je prendre mon médicament?

    • Quel est le meilleur moment de la journée pour prendre mon médicament? Certains médicaments doivent être pris à des moments très précis de la journée pour être efficaces. D'autres peuvent être pris à peu près à la même heure chaque jour.
    • Puis-je prendre mon médicament avec de la nourriture?
    • Si le médicament doit être pris par la bouche, peut-il être écrasé ou coupé?
    • Puis-je conduire une automobile tout en prenant le médicament?

Comment savoir si le médicament est efficace et quand dois-je m'attendre à ce qu'il commence à faire effet? Que faire s'il ne semble pas agir?

  • C'est important de savoir quand votre médicament doit commencer à agir et à quoi vous attendre comme effet. De cette façon, vous pourrez surveiller son efficacité et décider ou non d'agir.

Combien de temps dois-je prendre mon médicament?

  • Certains médicaments sont conçus pour une courte utilisation et d'autres pour une utilisation à vie. En sachant combien de temps vous devrez prendre vos médicaments, vous pourrez vous préparer à faire des changements dans vos habitudes de vie si nécessaire.
  • Avec certains médicaments comme les antibiotiques, la durée totale du traitement doit être respectée même si vous vous sentez mieux après seulement quelques jours.

Dois-je éviter certaines activités, certains aliments ou certains autres médicaments lorsque je prends ce médicament?

  • Il existe de nombreuses activités, comme conduire, boire, utiliser de la machinerie et pratiquer une activité physique, qui peuvent être affectées par les médicaments.

Quels sont les effets secondaires de ce médicament? Que dois-je faire si je les ressens? Comment les réduire ou y faire face? Quels sont les effets secondaires qui exigent une attention médicale?

  • Certains effets secondaires sont très graves et exigent une attention médicale immédiate, tandis que d'autres sont plus bénins. Il est important de connaître les effets secondaires graves et de demander au pharmacien un numéro à composer en cas d'urgence.
  • Avant de décider de cesser de prendre votre médicament à cause des effets secondaires, demandez à votre pharmacien s'il connaît un moyen d'y faire face.

D'autres questions que l'on peut poser :

  • Que dois-je faire si j'oublie de prendre une dose?
  • Ce médicament est-il sans danger si je suis enceinte ou si j'allaite?
  • Dans quelles conditions dois-je conserver le médicament?
  • Le médicament est-il renouvelable? Si oui, que faire pour obtenir un renouvellement?
  • Avez-vous de la documentation écrite à me remettre?
  • Existe-t-il d'autres façons de traiter mon affection, comme de suivre un régime alimentaire et de faire de l'exercice?

Assurez-vous de parler à votre pharmacien :

  • des informations que vous voulez qu'il vous répète ou qu'il vous explique plus en détail;
  • de vos inquiétudes et de vos questions au sujet de votre médicament;
  • des effets secondaires ou d'autres problèmes que vous avez rencontrés avec un ou l'autre de vos médicaments;
  • des autres médicaments que vous prenez – y compris des médicaments à base d'herbes médicinales, des médicaments homéopathiques et des autres médicaments que vous pouvez vous procurer sans ordonnance;
  • des affections médicales dont vous êtes atteint;
  • de vos allergies (par ex. une allergie à la pénicilline);
  • si vous êtes enceinte, si vous désirez le devenir ou si vous allaitez.

Si vous décidez de ne pas prendre vos médicaments tel qu'indiqué, dites-le à votre pharmacien. Il peut être en mesure de vous aider à régler les problèmes qui vous ont fait cesser de prendre vos médicaments.

Aussi, si votre pharmacien pense que vous prenez un médicament alors que vous ne le prenez pas, il peut supposer que le médicament n'agit pas et conseiller au médecin une dose plus élevée ou un médicament différent. Ne vous sentez pas coupable de dire à votre pharmacien que vous ne prenez plus vos médicaments tel qu'indiqué; son rôle consiste à vous aider, pas à vous juger.